Uber se met à l’heure caribéenne. Après la République Dominicaine, l’entreprise américaine à l’origine d’applications mobiles de mise en contact entre utilisateurs et conducteurs réalisant des services de transport, débarque à Trinidad.

La nouvelle est passée presque inaperçue mais dans le fond elle en dit long sur l’avenir du transport dans les Caraïbes. Après la République Dominicaine, depuis ce lundi, Uber est actif à Trinidad, plus précisément dans les villes de Port of Spain and San Fernando.

Une arrivée qui semble plus ou moins bien calculée puisque l’entreprise technologique américaine qui développe et exploite des applications mobiles de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport active son application mobile quelques semaines avant le début du carnaval, l’événement phare sur l’île.

A l’inverse, ce service pourrait bien rendre service aux trinidadiens qui pourront soit servir de chauffeurs et de ce fait, bénéficier d’une manne financière non négligeable mais aussi pour ceux et celles qui ont le goût de la fête et qui pourront trouver un chauffeur pour les ramener en toute sécurité.

Uber choisit un ambassadeur de choix

Pour s’insérer le plus aisément possible dans le quotidien des trinidadiens et s’attirer leurs bonnes grâces, Uber n’a pas fait les choses à moitié. La firme américaine a tout simplement fait appel à la figure emblématique de l’île, le « King of Soca », le chanteur Machel Montano.

© Uber Newsroom

L’artiste adulé à Trinidad et à travers la Caraïbe s’est prêté au jeu en mettant son image à disposition de l’entreprise américaine. Un coup de pub ciblé et une opération séduction qui n’a sans doute pas laissé les trinidadiens indifférents quant on connaît l’aura de Machel Montano sur place.

Le Gouvernement trinidadien plutôt sceptique

Selon Caribbean360, le gouvernement trinidadien s’interroge sur l’aspect légal de l’activité d’Uber à Trinidad. Pour le ministre trinidadien des travaux publics et du transport, cette pratique est contraire à la législation en vigueur sur l’île. Le gouvernement via son ministère, cite comme exemple, l’utilisation d’un véhicule personnel dans le cadre d’une course de type Uber qui est contraire à la loi du pays ou encore, la problématique de l’assurance du conducteur et des passagers durant le trajet.

Un feuilleton qui devrait bien sûr avoir une suite. Le ministère est en train d’examiner ce dossier et devrait prochainement en dire plus sur ses intentions.

Articles similaires