© Google

Les Fancy Bears poursuivent leur opération anti-dopage. Ce lundi, les pirates informatiques ont dévoilé un quatrième volet de leur liste de dossiers médicaux confidentiels dans lesquels se trouvent des athlètes présents à Rio. Et pour la première fois, deux français médaillés aux Jeux sont cités : le hurdler Martiniquais Dimitri Bascou et l’escrimeur, Gauthier Grumier.

Ils semblent déterminés dans leur croisade contre le dopage. Eux, ce sont les « Fancy Bears », une équipe de pirates russes qui s’est donnée pour mission de dévoiler progressivement la liste des sportifs présents à Rio ayant eu recours à des Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT), sur ces dernières années. Comme pour les fiches médicales précédemment divulguées, les ordonnances proviennent d’institutions comme l’IAAF ou l’ADAMS et concernent de nombreuses substances.
«Nous continuons à exposer les informations concernant les athlètes qui ont eu la permission de l’AMA (Agence mondiale antidopage) pour se doper», écrivent les cyberpirates sur leur site.
« La cybersécurité d’ADAMS et l’intégrité des données que renferme ce système sont une responsabilité partagée. Ainsi, nous vous invitons à traiter cette situation avec tout le sérieux qu’elle exige. Nous devons tous collaborer pour contrer cette menace », déclare de son côté l’ADAMS dans un communiqué de presse mis en ligne sur son site web.
Pour la première fois depuis le début de cette affaire, les noms de deux sportifs français apparaissent dans une liste comprenant 28 noms au total selon L’Equipe. Si Gauthier Grumier, médaillé en escrime est cité, le Martiniquais Dimitri Bascou, médaillé de bronze à Rio a lui aussi vu sa fiche médicale mise en ligne ce lundi. En cause, sa prise de salbutamol et de glucocorticoïdes, il y a quelques années de cela.
Outre les deux français, plusieurs sportifs étrangers ont déjà été cités dont les soeurs Williams, Venus et Serena (tennis) mais également la prodige de la gymnastique Simone Biles ou plus récemment, le tennisman Rafael Nadal et l’athlète, Mo Farah. Reste maintenant à tirer au clair cette affaire qui ne semble pas pour l’instant secouer plus que ça le monde de l’athlétisme qui continue de tourner paisiblement.

Articles similaires

Laisser un commentaire