© Pixabay / dimitrisvetsikas1969

En 2014, près d’un quart des Martiniquais a plus de 60 ans. La population vieillit de façon plus prononcée qu’ailleurs en France. A l’horizon 2030, près de 40 % de la population en Martinique sera âgée de 60 ans et plus, contre 30 % en France hexagonale, positionnant la Martinique au premier rang des régions françaises les plus âgées.

Le vieillissement entraîne une évolution des conditions de vie. La manière de consommer et les besoins diffèrent selon les tranches d’âge. Aux âges avancés, les revenus diminuent et un choix de consommation s’impose. Les dépenses des plus âgés sont moindres que celles des plus jeunes. L’effet de l’âge mais aussi l’effet générationnel y participent. En Martinique, les ménages de 60 à 74 ans ont vu leur niveau de vie moyen augmenter ainsi que leur pouvoir d’achat. A l’inverse, le pouvoir d’achat des 75 ans et plus diminue : il s’agit généralement de personnes seules avec des retraites plus faibles.

L’INSEE révèle dans une étude récente qu’en Martinique, que d’ici 2030, 145 400 personnes seraient âgées de 60 ans et plus. Le phénomène socio-économique majeur qu’est le vieillissement de la population est une conséquence de l’allongement tendanciel de l’espérance de vie et du passage aux âges avancés des générations nombreuses du baby-boom, nées entre 1946 et le début des années 70, précise l’institut.

La silver économie comme on la qualifie constitue un enjeu économique d’avenir puisqu’au-delà des aspects démographiques (solde naturel, solde migratoire, retour des diplômés au pays), le poids de la consommation des 60-74 ans pourrait représenter un tiers de la consommation totale des ménages à l’horizon 2030. La silver économie peut constituer une opportunité, une source d’innovation et une promesse de croissance et d’emplois pour les années à venir.

La Martinique, une région vieillissante

Le vieillissement s’intensifie et les Antilles se classent parmi les régions les plus âgées de France. En 2014, 92 180 personnes âgées de 60 ans et plus, résident en Martinique. Elles représentent 24,2 % de la population, proportion équivalente à celle observée en métropole (24,4 %) mais plus élevée qu’en Guadeloupe (21,9 %).

Le vieillissement de la population martiniquaise provient d’abord d’un déficit migratoire des jeunes, structurellement élevé en raison de la poursuite de leurs études. Une autre raison est le départ important de la population en âge de procréer, à la recherche d’un emploi. Ce déficit migratoire n’est pas comblé par un retour au pays. Depuis deux décennies, la recherche d’emploi a poussé les Martiniquais à quitter le territoire.

La répartition des seniors sur le territoire est hétérogène

Le nord-atlantique concentre le plus fort taux d’individus de plus de 60 ans. D’une façon générale, le nord de l’île, plus que les autres zones, doit faire face au problème de vieillissement de la population et au dépeuplement. En 2012, seulement 11 % des Martiniquais y résidaient.

© INSEE
© INSEE

La Martinique abrite 30 maisons de retraites, établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et logements-foyer. En 2014, le taux d’équipement en nombre de places pour 1 000 habitants de 75 ans et plus en structures d’hébergement permanent, non Ehpad, était de 9,6 ‰ en Martinique. Il atteignait 27,6 ‰ en France hexagonale. En EHPAD, il n’atteint que 39,6 ‰ en Martinique alors qu’il est de 95 ‰ en France hexagonale.

L’alimentation pèse dans le budget des seniors

Les ménages seniors martiniquais consacrent 21 % de leurs dépenses à l’alimentation, 18 % au transport et 15 % au logement. Certains biens et services tels que l’alimentation, le logement ou les transports pèsent davantage dans le budget des plus pauvres. Mais quel que soit leur niveau social, l’alimentation reste le poste le plus important.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire