© Yan Buske / Association Flabellina

Le Muséum national d’Histoire naturelle pose ses valises en Martinique dans le cadre d’une expédition d’inventaire de la faune et de la flore marine de l’île. Cet inventaire de grand ampleur se tiendra du 5 septembre au 11 octobre 2016 le long des côtes martiniquaises. Une opportunité de mieux connaître la biodiversité et de mieux préserver le patrimoine naturel marin.

Le saviez-vous ? La Région Tropicale Ouest-Atlantique est la deuxième région marine la plus riche du monde, et l’Arc Antillais y occupe une place exceptionnelle. Pour autant, au-delà des espèces emblématiques, la biodiversité marine de la Martinique reste méconnue : la majorité des espèces jouant un rôle fondamental dans le fonctionnement des écosystèmes sont en effet petites et rares.

A l’heure où la biodiversité et les écosystèmes marins en général sont soumis à des pressions croissantes et permanentes,marines et terrestres, les orientations stratégiques de préservation de la biodiversité et de développement durable doivent s’asseoir sur un socle suffisant de connaissances et une vision globale des enjeux liés à la biodiversité. En réponse à ce besoin, et en étroit partenariat avec un comité de pilotage regroupant les services compétents dans la gestion du milieu marin de Martinique, le Muséum national d’Histoire naturelle pilotera, du 05 septembre au 11 octobre 2016 un inventaire de la faune et de la flore marines de grande ampleur sur les côtes martiniquaises.

Le Muséum mutualise sur un temps court de grands moyens logistiques et humains, et permet ainsi l’exploration massive de la faune et la flore et la découverte de nouvelles espèces. Les objectifs : pallier les lacunes de connaissances sur la biodiversité, composée principalement d’algues et d’invertébrés (éponges, mollusques, crustacés, échinodermes, ascidies…), mettre à la disposition des décideurs et gestionnaires des éléments nécessaires à la préservation du milieu marin et sensibiliser le grand public à la beauté et à la richesse du patrimoine naturel marin, au travers de nombreuses actions de communication et de valorisation.

Une expédition déclinée en deux volets

Une expédition d’aussi grande envergure demande une organisation de même volume. Ainsi, elle se déclinera en deux volets selon la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement de Martinique :

Volet 1 : Côte Caraïbe, base installée au sein de la base navale militaire des forces armées aux Antilles au Fort Saint-Louis, du 05 au 21 septembre 2016.

Volet 2 : Côte Atlantique, base installée au Cap Nord à la Pointe de la Caravelle, du 25 septembre au 11 octobre.

© DEAL Martinique
© DEAL Martinique

Selon les informations fournies par la DEAL Martinique, l’expédition a prévu d’échantillonner la totalité des côtes de la Martinique et déploiera une panoplie originale de techniques d’échantillonnage permettant un inventaire très complet de la biodiversité : récolte en plongée, à vue, avec aspirateur sous-marin et paniers de brossage, pêche à pied, pêche par engins traînants et pose de filières de nasses en embarcation légère. Au laboratoire, les échantillons sont traités vivants dans l’heure. Des collections de référence de « nouvelle génération » seront constituées, incluant, en plus de la géolocalisation, des collections de tissus pour l’ADN et des banques de photos des animaux vivants.

Articles similaires

Laisser un commentaire