© Natural History Museum, London UK

Le temps passe et la science ne cesse d’évoluer pour le plus grand bonheur des chercheurs et notamment Ian Barnes, chef de recherche au Natural History Museum de Londres. Ce chercheur et son équipe ont eu la chance de recueillir l’ADN d’une espèce endémique de l’archipel des Antilles, aujourd’hui disparue.

Si vous avez un peu de temps, attachez votre ceinture, on vous amène plus de 500 ans en arrière, une époque où vivaient les Nesophontes, de petits mammifères endémiques des Antilles dont on a retrouvé des traces dans plusieurs îles de l’archipel des Antilles.

Cette découverte, nous la devons à Ian Barnes, chef de recherche au Natural History Museum de Londres, nous révèle Sciences et Avenir. Ce chercheur a pu dénicher une pelote de régurgitation fossilisée, vieille de 750 ans, et contenant des restes osseux avec de l’ADN exploitable. « Nous avons traité les os et recueilli de l’ADN très dégradé […] Nous avons alors constaté qu’il n’appartenait à aucun génome connu ! C’était la cerise sur le gâteau », révèle Ian Barnes au magazine scientifique.

C’est à partir de là que les chercheurs, aidés par les nouvelles techniques de duplication et de traitement du matériel génétique, ont pu établir le classement phylogénétique des Nesophontes. Une étude qui a fait l’objet d’une publication sur le site web du Natural History Museum.

Ainsi, nous pouvons aujourd’hui faire connaissance avec ce petite mammifère, le « Nesophonte » qui signifie « tueur des îles », allez comprendre pourquoi ! En effet, en voyant ce petit mammifère mesurant environ 30 cm, amateur d’insectes, difficile de l’imaginer avec le profil de tueur en séries.

© Wikimedia Commons / Jennifer Garcia
© Wikimedia Commons / Jennifer Garcia

Quoiqu’il en soit, l’espèce se serait éteinte durant le 16ème siècle, au moment où les premiers conquistadors atteignaient les îles de la Caraïbe. Selon le Natural History Museum, l’ancêtre direct des Nesophontes vivait il y a 70 millions d’années, à l’époque des dinosaures. « Les Nesophontes étaient juste une espèce parmi les dizaines de mammifères dont les espèces se sont éteintes dans la Caraïbe », ajoute le Pr. Barnes.

Articles similaires

Laisser un commentaire