© Pixabay / image4you

On n’y fait pas forcément attention mais les constructions de logements se multiplient en Martinique. L’année 2015 n’a pas fait exception à la règle, selon un rapport publié en mai dernier par la DEAL Martinique. Pour expliquer les chiffres que nous allons vous révéler, l’agence a pris en compte plusieurs facteurs comme les types de logements les plus fréquemment construit selon les communes. Décryptage.

En 2015, l’immobilier en Martinique semble plutôt bien se porter. Les autorisations de construire sont en hausse de 3,85 % (un chiffre plus ou moins équivalent à la Métropole, qui affiche un taux de 3 %). Ainsi, en 2014, on dénombrait 3 403 autorisations de construire en Martinique, une statistique qui est passée à 3 534 en 2015. En un an (entre 2014 et 2015), la construction des logements collectifs a fait un bond de 14% passant de 1 392 logements construits en 2014 à 1 588 en 2015. En ce qui concerne les logements collectifs (et résidence), sur cette même période leur taux de construction a chuté de 2 % (2011 en 2014 contre 1946 en 2015). Cependant, il faut nuancer cette diminution car, selon la DEAL Martinique, sur les cinq dernières années le nombre d’autorisations délivrées pour permettre la construction de logements collectifs, est de 55 % contre 45 % pour les maisons individuelles. C’est un tiers de plus qu’il y a 10 ans.

Le profil des constructeurs et l’usage qu’ils font de leur logement

D’après le rapport de la DEAL, en 2015, 54 % des constructions sont réalisées par des personnes morales (comme les sociétés, les entreprises, les établissements publics etc.). Les personnes physiques (particuliers) représentent 46 % des constructeurs. Pour 34 % des constructeurs, leur logement est destiné à un usage personnel. La location de ce même logement, représente 30 % des usages fait par le(s) constructeur(s) de leur logement.

Quel type de logement est le plus répandu selon la commune où l’on habite ?

Le type de logements construit en Martinique, est différent selon les communes. Certains sont plus répandus que d’autres. Par exemple en 2015, selon une cartographie de la DEAL, les communes du Nord Atlantique comme le Prêcheur, Grand-Rivière, Macouba ou Basse-Pointe, ne comptait que de logements individuels. À l’inverse, dans les grandes agglomérations comme le Lamentin ou Fort-De-France, le type de logement le plus présent était le logement collectif. Cela s’explique par le fait que ces deux communes à elles deux, concentrent à peu près le tiers de la population totale de l’île (125 367 habitants au total, en réunissant les chiffres du recensement de 2015 pour les deux agglomérations). D’autres communes font jeu égal entre les logements individuels et collectifs, c’est le cas du Carbet (Nord Caraïbe) ou encore de Sainte-Marie (Nord Atlantique).

La construction des logements sociaux en progression

En 2003, la Martinique comptait 23 761 logements sociaux (logements individuels et collectifs réunis). 12 ans plus tard, il y en a 30 060. Rien qu’entre 2014 et 2015, le taux de construction de ces types de logements a augmenté de 1,65 % (il était donc de 30 060 en 2015,  contre 39 573 en 2014). En ce qui concerne la mise en chantier et la livraison des logements collectifs entre 2003 et 2015 on constate une baisse (le nombre de logements livrés et mis en chantier était de 23 761 en 2003 , contre seulement 1 373 en 2015). Néanmoins, entre 2014 et 2015, ce même nombre a augmenté, passant de 1 012 en 2014 à  1 373 en 2015. Soit une hausse de 36 %.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.