© NASA / Wikimedia Commons

Le changement climatique entraîne, on le sait tous, de nombreux dérèglements au sein de l’écosystème mondial. Haïti, cette île autrefois surnommé « La Perle Des Antilles » en est elle aussi victime, et la situation devient de plus en plus alarmante. Focus sur un problème qui est en train de ronger la beauté de ce pays :  la déforestation.  

Alors que certaines îles sont en train de disparaître, Haïti doit faire face à la déforestation, un problème épineux, qui pourtant ne date pas d’hier. En effet, selon une étude menée par l’Université de Caroline du Nord, il remonterait à 1730, au moment où l’on a débuté la culture du café. Mais d’autres cultures comme le sucre ou les épices ont également contribué à la disparition des arbres. De nos jours, c’est principalement la pauvreté qui favorise la déforestation. Les terres cultivables étant trop petites, les populations sont dans l’obligation de couper des arbres pour agrandir les surfaces ou trouver de nouveaux terrains cultivables. Plus les gens cultivent,  plus cela aggrave l’érosion. Et cela est de plus en plus visible, comme en témoigne cette photo.

Mais la population peut-elle réellement faire autrement ? C’est la question que l’on peut se poser quand on sait qu’actuellement 10,6 millions d’haïtiens vivent dans l’extrême pauvreté. « Les Haïtiens vivent dans l’instant, la misère, la survie. L’État n’a pas davantage de vision à long terme », estime François Richard, ingénieur à l’Agence Française pour le Développement (AFD). Néanmoins, on estime qu’aujourd’hui le pays aurait perdu 98 % de ses forêts. Ainsi, aujourd’hui les forêts recouvrent 2 % du territoire haïtien, alors que ce taux était de 30 %, il y a environ 70 ans.

Et le problème ne sera sûrement pas  réglé tout de suite. « La corruption règne à tous les niveaux, il n’existe pas de service de protection digne de ce nom », selon Gilles Mille, spécialiste des questions environnement et société au Cirad (un organisme de recherche agronomique pour le développement).

Certains essaient tout de même de trouver des solutions. C’est le cas du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). L’organisme a ainsi reboisé 600 hectares de forêts en deux ans. Le gouvernement haïtien veut aussi y mettre du sien. En 2013, il a lancé une campagne ayant pour objectif de 50 millions d’arbres par an. Cette sensibilisation au problème de la déforestation, passe aussi, pour les autorités, par les médias et l’école qui jouent aussi un rôle crucial.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.