© HappyMan Photography

L’artisanat est plus qu’un corps de métier, c’est un savoir-faire. Chaque pays, possède ses propres objets artisanaux, que l’on ne trouve nulle part d’autre et les Antilles, ne font pas exception à cette règle. Notre rédac’ vous propose de (re)découvrir ces objets authentiques Made in Antilles.

1. Le snow-ball (ou sinobol)

© Douceurs antillaises
© Douceurs antillaises

Le snow-ball ou comment allier l’utile à l’agréable l’espace de quelques minutes. Aux Antilles lorsqu’il fait chaud, vous pouvez acheter au bord de la plage ou en ville, cette boisson rafraîchissante à souhait. Sa composition ? De la glace (barre d’eau congelée) rapée puis versée dans un premier gobelet puis un second afin de lui donner sa forme plus ou moins conique, tout cela arrosé d’un sirop de son choix. Pour notre part, ce sera menthe/grenadine !

2. Le chapeau Bakoua

© La Galleria
© La Galleria

Il tire son nom de l’arbre éponyme. Un arbre tropical,  dont on utilise les feuilles, justement pour fabriquer le chapeau. A l’image du salako aux Saintes, le bakoua est souvent utilisé en Martinique pour se protéger des rayons du soleil et de la pluie. La fabrication de ce chapeau demande patience et minutie. Les feuilles sont raclées à l’aide d’un couteau, puis séparées en fines lanières. Les extrémités des lanières sont tressées en plusieurs nattes de dimensions différentes.

3. Le madras

© Afrolia
© Afrolia

C’est un tissu, à base de fibre de bananiers, de cotons et de soie. Il est issue de la ville de Madras (rebaptisé depuis Chennai) en Inde. Le madras se distingue par ses motifs à carreaux colorés. En plus d’être un tissu, c’est aussi le nom qu’on donne à une coiffe, qui fut souvent porté par les femmes créoles dès le 18ème siècle. Cette coiffe justement comporte des pointes. A une époque cette pointe avait une signification, il indiquait le statut social de la femme. Ainsi selon la façon dont la coiffe est portée et à son nombre de pointes, l’homme sait si la femme est célibataire, mariée ou même, si elle accepte d’accueillir des amants. Il existe également des coiffes que les femmes portent spécialement pour les cérémonies (mariages, baptêmes etc…)

4. Le tambour « bèlè » (ou « ka »)

© Les Maîtres d'Art
© Les Maîtres d’Art

Les tambours « bèlè » ou « ka » sont deux types de tambours utilisés pour jouer la musique « bélè » et le « gwo-ka » (deux styles de musiques originaires de la Martinique pour le premier et de la Guadeloupe pour le second). A l’époque, les matériaux qui servaient  à la construction du tanbou bèlé étaient le bois de chêne ou de châtaignier. Aujourd’hui, le tambour est fabriqué à partir de lattes provenant des tonneaux de rhum. Elles sont passées au feu puis raclées. La peau qui recouvre le tambour est généralement de la peau de cabri ou de mouton. Pour ce qui est du tambour ka, ce terme viendrait du fait que le tambour serait fabriqué avec un quart de tonneau (ka en créole). Les matériaux utilisés sont les mêmes que pour la fabrication du tambour bélè. Les lattes sont dressées les unes à côtés des autres (dans l’ordre croissant) et jusqu’à ce qu’elle entoure entièrement le baril de rhum utilisé.

5. La Yole Ronde

© Comité Martiniquais du Tourisme
© Comité Martiniquais du Tourisme

La yole ronde est une embarcation d’origine martiniquaise, en bois massif qui ne dispose pas d’un gouvernail. Elle est assemblée à l’aide de planches et ne dépassent pas les 10 mètres 50. Avant d’utiliser la yole, les marins-pêcheurs utilisaient le gommier (une embarcation du même type que la yole). Cependant, l’utilisation a dû être arrêtée car trop de pêcheurs y avaient recours et le nombre de gommiers présents en Martinique commençaient à diminuer. Aujourd’hui, le Tour des yoles rondes de la Martinique est l’événement majeur sur l’île. Il a lieu chaque année à la fin du mois de juillet et dure une semaine.

6. La Saintoise

© Anse Figuier
© Anse Figuier

La saintoise est également une embarcation, en provenance des îles des Saintes, au large de la Guadeloupe. Elle était au départ dédiée à la pratique de la pêche. Elle est constitué de nombreux bois, parmi lesquels l’acajou, le poirier pays ou encore le bambou. Depuis 2001, la Saintoise est au cœur d’une course de voile organisée autour de la Guadeloupe, le Tour de la Guadeloupe en Voile Traditionnelle (TGVT).

Galleria-Antilles 2016-976x361

7. La poupée créole

© La Galleria
© La Galleria

C’est un objet répandu aux Antilles. Il s’agit d’une poupée que l’on habille soit de feuilles de bananes séchées, de madras ou encore, de plastique. Sur la toile, nombreuses sont celles qui vous expliquent comment réaliser vos propres poupées. Alors à vous de jouer !

8. Jouer aux dominos

© Bay Lodge
© Bay Lodge

S’il y a bien jeu qui a la capacité de réunir de la plus jeune à la plus ancienne génération autour d’une seule et même table, c’est bien les dominos ! En famille, entre ami(e)s, à la plage, à la rivière, qu’importe le lieu, une partie de dominos reste culte aux Antilles. Du bruit fracassant lorsqu’il est posé sur la table au titre de « cochon » qui revient à celui qui n’a gagné aucune partie, jouer aux dominos est une habitude antillaise qui a le mérite de traverser le temps et d’être toujours aussi excitant.

9. Le Coui (ou « Kwi »)

© Potomitan
© Potomitan

C’est une demi-calebasse provenant du calebassier (un arbre tropical), qui servait à la cuisson des aliments (viandes, poissons notamment) du temps des Amérindiens. Aujourd’hui, le « kwi » est toujours utilisé en guise d’assiette, pour assaisonner du poisson ou encore, stocker des fruits. La calebasse est aussi utilisée pour créer des lampes, des décorations ou encore, le cha-cha, un instrument de musique.

10. Le salako

© Wikipedia / Asram
© Wikipedia / Asram

C’est un chapeau originaire des Saintes, plus précisément de Terre-de-Bas. Il est constitué de bois, de bambou, de maillage et de fibre de bambou. Il est orné d’un tissu madras (que l’on rajoute à la fin de la confection). C’est un chapeau très utilisé par les pêcheurs saintois car il protège de la pluie et des rayons de soleil. Certains disent que ce chapeau aurait été importé par les indochinois. En effet, il possède un couvre-chef similaire.

Articles similaires

1 COMMENTAIRE

  1. […] 10 choses du quotidien qui rappellent à coup sûr les Antilles […]

Laisser un commentaire