Le complexe de Rosalie Bay

Du vendredi 10 au dimanche 12 juin dernier, Discover Dominica Authority accueillait 19 voyagistes de Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélémy et Saint-Martin afin de leur faire découvrir l’île. La Dominique durement touchée par la tempête Erika en août 2015, amorce une large opération de communication pour attirer à nouveau les touristes.

La Dominique est de retour dans la course au tourisme vert et pas que. L’Eductour organisé le week-end dernier par l’organisation en charge du tourisme sur l’île, Discover Dominica Authority, l’a bien démontré. Le circuit découverte proposé a immergé une vingtaine de voyagistes et membres de la presse au cœur de cette destination située à 2 heures de bateau et 20 minutes d’avion de la Guadeloupe. Durant trois jours,  ces professionnels ont vécu « l’expérience » de la Dominique.

Visites d’hôtels et de complexes, excursions à la rencontre de sites atypiques et dégustations de plats typiques. La Dominique a déroulé le tapis rouge pour recevoir ceux qui auront pour mission par la suite, de vendre l’expérience dominiquaise. Et l’expérience commence avec la traversée en bateau. En effet, si depuis peu, des liaisons aériennes sont mises en place entre la Guadeloupe et la Dominique, il est impossible de venir sur l’île nature par avion, le vendredi. Malades en bateau et estomacs fragiles s’abstenir. Le canal de la Dominique reste encore aujourd’hui une épreuve qui met à terre même les plus aguerris.

Du vert à perte de vue

Si quelques habitations se perdent dans le décor digne d’une planque idéale pour un célèbre personnage de Marvel, la Dominique offre comme première accroche à ses visiteurs un tapis de végétation luxuriante. L’arrivée au port de Roseau ramène à la réalité avec le passage à l’immigration pour lequel il faut malheureusement s’armer de patience. Une heure presque d’attente, c’est le temps nécessaire afin que les formalités de douane et d’immigration soit effectuées pour l’ensemble des membres du groupe. Un bémol pour cet écotour qui se poursuit dans la bonne humeur.

C’est dans le cadre de l’hôtel Fort Young en plein Roseau, à cinq minutes du port que le groupe a posé ses valises. Un cadre plus qu’agréable qui a donné le ton de l’accueil lors de ce séjour. Et le programme commence avec une visite d’hôtels et des excursions aux bains chauds (Boyling Lakes) pour les voyagistes et pour les médias, au programme, des rencontres avec notamment Collin Piper, le directeur de DDA.

Collin Piper, CEO de Discover Dominica Authority
Collin Piper, CEO de Discover Dominica Authority

Une rencontre qui met aux diapasons la presse concernant l’après Erika. Et le discours est sans appel : « La Dominique est de retour, la Dominique est prête« , annonce avec le sourire, Collin Piper. Une phrase qui synthétise la volonté des autorités locales de ramener le touriste en toute confiance sur le territoire. Et ce sont plusieurs annonces qu’il effectuera, notamment concernant les offres préférentielles accordées aux touristes en provenance de la Martinique et de la Guadeloupe. « Les chiffres nous montrent que 50% de nos touristes viennent de ces deux îles. On arrive à près de 60 % en comptant les voyageurs en provenance du reste de la caraïbe mais la bonne majorité de nos flux de voyageurs viennent des îles sœurs, d’où nos efforts pour montrer aux touristes de ces îles que nous sommes prêts à les accueillir« .

Cette précision fait prendre tout son sens à cet Ecotour. Autre discours, autres annonces. Le directeur du port et de l’aéroport Benoit Bardouille affirme qu’en plus de « l’avancée des travaux concernant le nouveau terminal de l’aéroport, les dispositions seront prises pour moderniser la prise en charge au niveau de la douane et diminuer ainsi le temps de formalités à l’entrée sur le territoire ». De bonnes nouvelles donc qu’il restera à vérifier prochainement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les professionnels locaux du tourisme en ordre de marche

Le reste du voyage se poursuit en enchaînant les visites de points d’intérêt et de curiosité de l’île. Parallèlement, le premier centre de relogement des victimes d’Erika qui a été livré à Grand Bay sur le site de Sensa a ouvert ses portes. Les premiers habitants relogés prennent timidement leurs marques non sans évoquer le traumatisme du souvenir d’Erika.

Pour le groupe c’est le dernier point presse de cette première journée avant de goûter à la douceur de la nuit dominiquaise. Et le samedi, le programme continue avec l’arrêt à la ferme bio à Belle Vie Chopin.  C’est aussi l’occasion de plonger au cœur de Roseau pour voir comment la ville se remet du passage de la tempête. La ville, battue mais fière, se dévoile en toute simplicité. Bien marquée par la tempête, les travaux de reconstruction de ses ponts ont commencé. Les chantiers s’intègrent dans la vie quotidienne des habitants qui vaquent à leurs occupations habituelles.

Workshop organisé entre les professionnels du tourisme de la Dominique et les voyagistes
Workshop organisé entre les professionnels du tourisme de la Dominique et les voyagistes

Autre temps fort du séjour, un workshop organisé par DDA avec plusieurs acteurs du tourisme de la Dominique. Les voyagistes sont allés à leur rencontre et ont pu échanger en un laps de temps très court avec des DMC ou réceptifs (agents qui reçoivent les clients en déplacement, ndlr), des loueurs de voitures, des responsables de gîtes ou d’activités. Une façon efficace de nouer des contacts fiables et de tester certaines activités.

Clou de ce voyage en immersion, la visite en territoire Calinago. Danses, chants, histoire, visite d’un village dans la région de Sineku, le groupe boucle son périple en partant à la rencontre de ces indiens qui vivent avec leur temps mais hors de la ville. La population Calinago demeure dans un territoire où leur culture est protégée et valorisée à travers un  circuit touristique spécial où les échanges prennent une intensité toute particulière. Un voyage synonyme de véritable opération séduction qui a révélé une Dominique aussi belle que volontaire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.