© Facebook/ Aqualodge

Comment attirer davantage de touristes vers les destinations ultramarines ? Afin de contribuer à l’émergence des Outre-mer sur la scène internationale, de plus en plus d’entrepreneurs développent des projets rivalisant d’ingéniosité et qui seront peut-être les tendances de demain. Plusieurs de ces chefs d’entreprises ont été conviés par le Ministère des Outre-mer à participer à l’événement « Entreprendre et innover dans le tourisme « , le 7 juin dernier. Innover, c’est réussir le pari de lancer des nouveautés… Leslie Ferraty, Yanis Ferrere, Alain Faivre et Laurent Chevallier sont prêts à relever ce défi.

Laurent Chevallier : « Le client n’a rien à gérer, tout est autonome et automatisé »

Les Aqualodges ont déjà séduit de nombreux Guadeloupéens et Martiniquais. Laurent Chevallier est désormais prêt à passer à l’étape suivante et à conquérir le marché national et international. « Une journaliste du New York Times est venue nous rendre visite », indique-t-il. En un an, l’entreprise a acquis 40% de son taux de remplissage, soit 100 à 120 de clients par mois. Son fondateur ambitionne également l’exportation de sa structure vers d’autres pays « comme Cuba, le Mexique, la Polynésie, tant qu’on reste sur un produit ‘tropical’ ».

Alain Faivre : « On peut s’amuser avec des véhicules sans moteur thermique »

L’Île de la Réunion est un petit bijou de l’océan indien. Pour parcourir ses sentiers et explorer ses paysages, Alain Faivre propose aux touristes et habitants locaux de se déplacer sur un drôle de vélo. Baptisé « ElliptiGo« , cet engin est le premier vélo elliptique d’extérieur. « L’avantage, c’est qu’il oblige la personne à pédaler debout, soit la position naturelle de l’homme », explique-t-il.

« Certains l’appellent le régime sans selle », raconte le représentant réunionnais, amusé. Ce concept made in California a fait son entrée sur l’île intense il y a 2 ans. Et il se vante de son aspect sécuritaire (visibilité par les automobilistes), pratique (pas de dimensions donc adapté à tous) et bon pour la santé. Avec son projet éco-touristique, Alain Faivre en a profité pour rencontrer des partenaires et des tour operator. « Nous avons faire part de nos difficultés, des contraintes administratives notamment au niveau des normes européennes et nous avons rencontré les bonnes oreilles ».

Yanis Ferrere : « Venez dormir avec la voie lactée et le ciel au-dessus de votre tête »

Avant le transport se pose la question de l’hébergement. Les offres sont multiples à la Réunion, et l’une des plus originales est celle de Yanis Ferrere. Le co-gérant de l’entreprise “Kaz Insolite” propose aux visiteurs de dormir à la belle étoile, en pleine nature dans une structure insolite et durable. Pas besoin d’un attirail de camping, votre lieu de vacances sera : une bulle transparente. L’autre avantage de cet hébergement insolite est sa localisation. Il est situé en pleine forêt, à la Fenêtre des Makes (1587m d’altitude), et à 50m du parc national de la Réunion, soit à proximité du Pitons, cirques et remparts, un bien naturel classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Notre innovation s’intègre dans une démarche de développement durable, elle n’a pas d’impact sur l’environnement. De plus, nous vulgarisons la connaissance du parc et de la forêt ». Concernant les aspects socio-économiques, les quatre salariés de l’entreprise sont des habitants des Makes. Trois mois après son ouverture, « Kaz Insolite » compte un taux de remplissage de 80%, soit une centaine de clients par mois. Participer à des événements sur le tourisme est un moyen pour ses gérants de côtoyer des financiers potentiels et espérer démarcher une agence réceptive, prête à commercialiser leur produit. « Aujourd’hui, 90% de notre clientèle est composé de locaux, on aimerait l’élargir à la métropole voire l’international ».

Leslie Ferraty : « On sort des sentiers battus du tourisme traditionnel »

©Beyond The Beach

Direction la Martinique, en compagnie de cette jeune entrepreneuse de 30 ans. Leslie Ferraty est la fondatrice de « Beyond The Beach » (« Au-delà de la plage »), un site qui met en relation les touristes et les Martiniquais. Ainsi, les “locaux” proposent aux voyageurs de découvrir l’île à travers le regard de sa population. Un bon moyen pour éviter les pièges à touristes et d’apprécier la culture martiniquaise. Les visiteurs profitent d’activités, de sorties découvertes, d’excursions, ou encore de repas chez l’habitant, le tout à des prix abordables. Ses premiers clients venus de la métropole, les États-Unis, la Suisse et aussi l’Allemagne, ont déjà été séduits par ce projet qui prône l’authenticité. “L’offre proposée par les habitants locaux doit avoir un plus, le prestataire doit offrir une expérience unique”, explique la fondatrice, qui teste au préalable toutes les activités présentes sur son site. Pour le moment, 60 offres sont disponibles, allant du repas chez l’habitant à Schœlcher à une visite personnalisée du Jardin de Bonneville à Trinité. « Entreprendre et innover dans le tourisme” est une occasion pour la Martiniquaise d’échanger avec d’autres professionnels, trouver des nouveaux partenaires, des idées de développement et surtout de se faire connaître. « Je vais également suivre la conférence ‘Pour une offre attractive : nouveaux concepts, nouveaux services, nouveaux entrants’, parce que je suis en plein dedans, jexpérimente de nouvelles pratiques de consommation ».

 

Articles similaires

Laisser un commentaire