C’est ce qui s’appelle lancer un pavé dans la mare. La Ministre de la fonction publique et vice-présidente du Parti radical de gauche Annick Girardin, a publié le 12 mai dernier une tribune sur le site du HuffPost, dans laquelle elle revient sur la situation des fonctionnaires en Outre-mer. 

Fonctionnaires, enfants de fonctionnaires, famille ou amis de fonctionnaires, tous ont déjà entendu au moins une fois la phrase “de toute façon les fonctionnaires et leurs avantages…”, à mi-chemin entre l’amusement et la critique. Dans l’hexagone comme dans les régions ultramarines, l’avis est quasi-unanime : les 163 000 employés de la fonction publique en poste dans les régions d’Outre-mer sont surpayés, toujours en vacances, mènent la belle vie. Un cliché qui a la vie dure, et dont Annick Girardin, ministre de la Fonction Publique et député à Saint-Pierre-et-Miquelon, tente de venir à bout.

Premier point de crispation entre les fonctionnaires d’Outre-mer et le reste du monde : le salaire, que beaucoup jugent trop élevé. À tort, selon la ministre qui souligne “l’éloignement, les difficultés d’exercice et la vie chère qui persistent sur ces territoires.” “Au-delà des simplifications abusives, la réalité de la fonction publique en outre-mer doit être appréhendée dans sa globalité mais aussi dans une démarche de transparence. En Outre-mer comme en métropole, des dysfonctionnements persistent incontestablement et il ne s’agit pas de les ignorer”, insiste-t-elle.

La ministre met également l’accent sur le rôle des fonctionnaires, qui “remplissent une mission essentielle de service public dans des territoires où les difficultés sociales sont souvent plus importantes qu’en métropole.”

Les mutations vers les Outre-mer facilitées

Le 7 avril dernier, le Parlement a définitivement adopté le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits des fonctionnaires, incluant la prise en compte de la notion de Centre des Intérêts Moraux et Matériels (CIMM) dans la mutation des fonctionnaires ultramarins. Désormais, le lieu de naissance, le lieu de résidence des parents ou encore la propriété ou la location de biens immobiliers entrent en ligne de compte pour décider de l’affectation de l’agent, parmi d’autres critères.

L’adoption de ce texte avait été saluée par l’ensemble de la classe politique ultramarine. Dans sa tribune, Annick Girardin rend compte d’ “une mesure (qui) va permettre à ceux qui ont des attaches ultramarines fortes de pouvoir y mener leur parcours professionnel” et qui sera également “un atout pour le service public” car les fonctionnaires originaires d’Outre-mer pourront mettre leur connaissance des territoires à profit. Cette mesure devrait être renforcée par le projet de loi sur l’égalité réelle en Outre-mer qu’Annick Girardin prévoit de déposer à la rentrée prochaine.

À noter que la ministre a annoncé un échange sur le thème “Droits et devoir des fonctionnaires” le 18 mai prochain à partir de 17h30 (heure de Paris) sur Twitter. Vous pouvez d’ores et déjà lui envoyer vos questions par messages privés sur son compte @AnnickGirardin.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.