Grillé, frit ou encore, en court-bouillon, le poisson est l’un des mets favoris des Antillais. Si la plupart des espèces de poissons sont comestibles, en revanche, certaines espèces sont une véritable menace pour la population car en cas d’ingestion, elles peuvent provoquer une intoxication alimentaire : la ciguatera.

La ciguatera est une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de certains poissons prédateurs vivant à proximité ou dans les récifs coralliens abîmés contaminés par une toxine (ciguatoxine) produite par une microalgue (Gambierdiscus toxicus) présente dans les récifs coralliens, rappelle la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Guadeloupe.

La DAAF vient tout juste de mettre à jour la liste des poissons dangereux à la consommation et on en dénombre précisément quinze : (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Source : Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Guadeloupe

Source : Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Guadeloupe

Pour la DAAF, une identification précise des espèces permet de limiter les risques d’intoxication aussi il convient que chacun, pêcheur ou consommateur, soit vigilant vis à vis des espèces pouvant présenter un risque, en particulier les pagres et les carangues :

  • Les pêcheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, doivent savoir reconnaître sans faute les différentes espèces vénéneuses, ou susceptibles de l’être compte tenu de leur taille et les écarter de la vente et ne pas les consommer ;
  • Les consommateurs doivent être vigilants quant à l’origine du poisson qu’ils achètent, en évitant notamment l’achat d’espèces qu’ils ne connaissent pas auprès de vendeurs itinérants. En cas d’achat d’espèce dont on n’a pas l’habitude, il convient d’interroger le poissonnier ou le pêcheur afin de se faire préciser l’espèce ainsi que le lieu de pêche ;
  • Les professionnels de la restauration ne doivent pas commercialiser les espèces vénéneuses mentionnées sur la plaquette ci-dessus.

En cas de troubles digestifs ou autres après un repas, il convient de consulter son médecin rapidement et de conserver les restes du repas au congélateur ce qui permettra la réalisation d’analyses afin d’identifier l’origine de l’intoxication. En cas de problème vous pouvez contacter l’ARS de votre département.

Les suspicions d’intoxication liées à la ciguatera, même isolés, sont à déclarer à l’Agence régionale de santé (ARS) et à la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF).

Articles similaires