Crédits photo : Markgraf-Ave / Pixabay

Après six ans de gel des augmentations générales, la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin a proposé ce jeudi une hausse de 1,2% du point d’indice pour les fonctionnaires. Cette revalorisation se fera en deux temps mais ne passe pas au niveau des syndicats qui espéraient un geste plus conséquent.

Selon l’Etat, l’effort effectué est évalué à 2,4 milliards d’euros et se fera en deux temps :

  • 0,6% en juillet 2016
  • 0,6 % en février 2017.

Un geste « insuffisant » selon les syndicats qui réclamaient entre 1,2 et 8 %.

« Nous ne sommes pas irresponsables », déclaration ce mercredi de l’entourage de la nouvelle ministre relayée par 20 Minutes. Au passage, il reconnaît toutefois que les fonctionnaires ont largement contribué à l’effort de redressement des comptes publics.

Pour les syndicats, il est donc hors de question de se contenter de mesures symboliques, peut-on lire sur 20 Minutes. « L’heure est au rapport de forces », avait prévenu avant la réunion Jean-Marc Canon de la CGT (première force syndicale) qui a « mis à disposition un préavis de grève couvrant la période du 17 au 31 mars », afin que les agents puissent se mobiliser, autant pour leur pouvoir d’achat que contre le projet de loi travail.

La CFDT (deuxième force syndicale) non plus ne se contentera pas de « mesurettes », estimant qu’« il y a urgence à traduire dans la rémunération la reconnaissance de l’action quotidienne des fonctionnaires ».

 

Selon les syndicats, l’hypothèse  d’une mobilisation le 22 mars prochain n’est pas à écarter.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.