Ce n’était plus qu’une question de jours, désormais on en sait un peu plus sur French Blue, la nouvelle compagnie low-cost long-courrier du Groupe Dubreuil, déjà propriétaire de la compagnie Air Caraïbes. Présentée ce jeudi matin, French Blue débutera ses opérations en septembre prochain.

Punta Cana en République Dominicaine, l’île Maurice et la Réunion, voilà les premières destinations desservies par la compagnie French blue qui débutera ses rotations d’abord vers Punta Cana d’ici septembre prochain au départ d’Orly puis d’ici 2017 vers les deux autres destinations de l’Océan Indien.

« Il faut être courageux pour créer une compagnie française dans le contexte actuel, mais nous croyons que nous en avons les moyens » aurait déclaré, Jean-Paul Dubreuil, président du groupe Dubreuil, est particulièrement fier de contribuer à la revitalisation du pavillon français grâce à French Blue,sa nouvelle compagnie low cost long courrier, selon TourMag.

Côté tarifs, toujours pas d’annonce. Ils seront tout simplement publiés le 7 juin prochain, mais selon Europe 1, il faut s’attendre à des offres entre 20 et 30% moins cher.

Bien évidemment, il faut garder en tête que cette nouvelle compagnie est une low-cost ce qui signifie que toutes les prestations annexes seront facturées. Par exemple, vous devrez régler un supplément pour les bagages en soute, mais aussi pour la nourriture et même pour regarder un film. Il faudra par exemple dépenser 5 ou 10 euros pour cette dernière prestation, ajoute Europe 1.

Comme évoqué hier, la compagnie comptabilisera au total 4 appareils (2 A330 et 2 A350) d’ici mars 2018 et nourrit de grandes ambitions en s’inspirant notamment des méthodes de gestion appliquées à Air Caraïbes afin d’atteindre l’équilibre d’ici deux ans.

Les syndicats restent sur leurs gardes

Particulièrement remontés, les syndicats Air Caraïbes Atlantique étaient montés au créneau affirmant que la direction du groupe souhaitait mettre en concurrence les deux compagnies, Air Caraïbes et French Blue.

Selon TourMag, la direction du groupe aurait balayé d’un revers de main cette crainte assurant qu’il y aura de la croissance pour les deux compagnies et que la filiale low cost ne viendra pas empiéter sur les lignes d’Air Caraïbes. Elle restera notamment absente du marché antillais et n’ira pas à Santo Domingo.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.