Un moustique de genre Aedes - Crédits photos : http://exame.abril.com.br/

7 600 consultations de personnes présentant des signes cliniquement évocateurs de Zika et 1 550 cas évocateurs, les indicateurs épidémiologiques de l’infection à virus Zika témoignent de la poursuite de l’épidémie en Martinique. En Guyane, il en est de même. En Guadeloupe en revanche, les nombres hebdomadaires de cas confirmés et de cas cliniquement évocateurs augmentent.

Le refrain est le même depuis plusieurs semaines, l’épidémie de Zika se poursuit sur l’ensemble de la Martinique. Toutes les communes de l’île sont touchées par le virus, pour 14 d’entre elles, l’incidence est supérieure à la moyenne départementale.

Source : CIRE Antilles-Guyane
Source : CIRE Antilles-Guyane

Depuis l’émergence virale à la Martinique, l’infection a été confirmée chez 31 femmes enceintes et chez 2 patients atteints de syndromes de Guillain-Barré. Deux autres SGB ont été signalés mais les analyses biologiques de l’infection par le virus Zika sont en cours. Selon la CIRE Antilles-Guyane, aucun certificat de décès portant la mention « Zika » n’a été rapporté à ce jour en Martinique.

Situation épidémiologique actuelle en Guyane

Depuis le début de la surveillance, un total de 1 030 cas cliniquement évocateurs de Zika a été estimé sur le territoire. Selon la Cire Antilles-Guyane, une très large majorité des cas est signalée sur les secteurs du littoral actuellement en épidémie (secteur Ouest, secteur de Kourou et Ile de Cayenne). Au cours de la troisième semaine de février, des cas ont été recensés sur le Maroni (2 à Grand-Santi, 4 à Maripa-Soula) et 3 cas sur l’Oyapock (1 à St Georges et 2 à Camopi – ces 2 derniers seraient des cas importés).

La Guadeloupe est toujours placée en niveau 2 du Psage* : « circulation virale autochtone débutante ». La tendance est à l’augmentation. Au 24 février, au total 35 cas de Zika biologiquement confirmés ont été signalés en Guadeloupe.

Source : CIRE Antilles-Guyane
Source : CIRE Antilles-Guyane

Saint-Martin de son côté est toujours placée en niveau 2 du Psage* : « circulation virale autochtone débutante ». Saint-Barthélemy reste au niveau 1c : absence de cas autochtone, pas de circulation virale détectée. L’épidémie se poursuit sur les secteurs du littoral guyanais (de St Laurent du Maroni à l’Ile de Cayenne). La situation épidémiologique du Zika dans la commune de Maripa-Soula correspond à « une transmission autochtone débutante ».

*Programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.