Crédits photo : Herboristerie Créole

Il y a des dizaines d’années, l’huile de ricin était régulièrement utilisée aux Antilles en tant que purgatif mais aussi pour le soin des cheveux mais à l’époque de nos aînés, savaient-ils que le ricin contient une protéine redoutable et mortel, la ricine ? Partons à la découverte de cette plante présente dans le monde entier et dont les effets peuvent s’avérer mortels.

Le ricin en lui-même est un petit arbre d’origine tropicale de la famille des Euphorbiacées, Ricinus Communis que l’on trouve aux Antilles. Cet arbrisseau contient une protéine, la ricine particulièrement toxique qui peut s’avérer mortelle en cas d’ingestion.

Le Ricinus Communis
Le Ricinus Communis

A bien y regarder, il ressemble comme deux gouttes d’eau à l’arbrisseau qui fabrique les graines utilisées pour la fabrication de l’huile carapate, très utilisée jusqu’à maintenant aux Antilles pour le soin des cheveux. L’huile de Carapate est en effet extraite des graines de la même plante Ricinus Communis, cependant, attention à ne pas confondre avec l’huile de ricin dont le procédé d’ex­trac­tion et de fabri­ca­tion est diffé­rent.

Ouverture des fruits du ricin - Crédits photo : Scamperdale (Flickr)
Ouverture des fruits du ricin – Crédits photo : Scamperdale (Flickr)

Des vertus thérapeutiques à l’instrument de torture

Malgré ce profil de serial killer semblable à celui du mancenillier que l’on trouve également aux Antilles, le ricin est connu depuis des milliers d’années pour ses vertus médicinales. Au 20ème siècle, il faisait partie intégrante du quotidien des familles antillaises. Nos grands-parents en faisaient usage afin de soulager quelqu’un gêné par des douleurs intestinales, pour soigner la peau ou pour lutter contre les états grippaux. Outre sa fonction nourrissante et revitalisante (en usage externe), l’huile de ricin favoriserait considérablement la repousse des cheveux et leur apporterait également du volume.

« Je l’utilise moi même pour ma petite famille, pour bébé par exemple afin de soulager sa gencive lors de la pousse des dents, dans ses cheveux ou en massage aussi sur tout le corps. Lorsqu’elle tousse, je mélange l’huile de ricin avec une pommade et un peu de rhum, je réchauffe le tout dans les mains et je vous assure, c’est miraculeux !« , nous révèle Kytzie Sylvestre, guide-animatrice et chargée de projet au Jardin Alexina, au Gosier en Guadeloupe.

L’huile de ricin est aujourd’hui beaucoup moins présente dans les foyers antillais, elle reste tout de même utilisé par certaines personnes ou par des familles dont les recettes de fabrication ont été transmises de génération en génération.

Pour la petite histoire, dans l’Italie fasciste sous le régime de Benito Mussolini, l’huile de ricin était l’un des instruments des Chemises noires. Les fascistes forçaient les adversaires politiques à avaler de fortes doses de cette huile qui provoquait alors des diarrhées et visait à humilier les adversaires. A forte dose, les diarrhées et la déshydratation qui en résultait étaient si importantes qu’elles étaient parfois mortelles.

Articles similaires

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.