Crédits photo : Ubergizmo

…elles sont victimes de discrimination ! C’est ce que révèle une étude réalisée par des scientifiques des universités polytechniques de Californie (Cal Poly) et de Caroline du Nord (NCSU), aux Etats-Unis. Comme le résume Le Blog du Modérateur qui s’est penché sur ce rapport complet, le numérique n’est pas un modèle de parité. On vous explique pourquoi.

En règle générale, on a tendance à croire que le code, la programmation est un secteur réservé qu’aux hommes, preuve en est avec ces chiffres révélés par le Le Blog du Modérateur : « seules 28% de femmes travaillent sur ce secteur, et elles ne sont à la tête que de 8% des entreprises innovantes ». Ce qu’il y a de surprenant dans tout cela c’est qu’une étude réalisée sur les données de GitHub montre que les femmes sont généralement plus compétentes que les hommes pour développer.

L’objectif des chercheurs était de vérifier la qualité des codes soumis sur GitHub, en observant les différences entre ceux développés par les femmes et ceux développés par les hommes. Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont analysé les taux d’acceptation d’1,4 million de programmeurs sur GitHub. Résultat observé :

  • un taux d’acceptation de 78,6% chez les femmes
  • contre 74,6% chez les hommes.

Comme l’indique le site dédié aux NTIC, on remarque ainsi que les codes développés par des femmes sont plus souvent acceptés que ceux développés par les hommes, cependant, les femmes seraient clairement victimes de discrimination. Les chercheurs ont testé 2 échantillons :

  • le premier contient les taux d’acceptation des hommes et des femmes qui utilisent un pseudo dont le genre est non-marqué (il est difficile de déterminer si l’auteur est un homme ou une femme).
  • Le second contient les taux d’acceptation des hommes et des femmes qui utilisent un pseudo dont le genre est clairement marqué.

Le résultat est sans appel : les codes soumis par des femmes sont plus souvent acceptés lorsqu’on ne peut pas savoir que l’auteur est une femme, mais sont moins souvent acceptés dès lors qu’on sait que l’auteur est une femme. La discrimination dont sont victimes les femmes développeurs est clairement identifiée par ce test. Il ne reste plus qu’à espérer que ce type de démarche éveille les consciences afin que les entreprises concernées recrutent plus de femmes à ces postes.

Infographies et données ici : « Les femmes codent mieux que les hommes…« 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.