La circulation virale est en nette augmentation sur le territoire de la Martinique où la situation épidémiologique du Zika correspond désormais au niveau 3a du Psage arbovirose émergente : « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles ».

Sur l’île aux fleurs, le nombre de nouveaux cas cliniquement évocateurs s’élève désormais à 1 064 dont 8 femmes enceintes et 2 patients atteints de syndromes de Guillain-Barré. Au 24 janvier, l’estimation du nombre de consultations pour Zika chez un médecin généraliste était de 2287. Aucun certificat de décès portant la mention « Zika » n’a été rapporté à ce jour précise la CIRE Antilles-Guyane.

La carte ci-dessous témoigne d’une circulation virale homogène sur l’ensemble de l’île avec 10 communes dont l’incidence est supérieure à la moyenne départementale de 57 cas pour 10 000 habitants.

Source : CIRE Antilles-Guyane
Source : CIRE Antilles-Guyane

A ce jour, seules trois communes n’ont aucune déclaration de cas suspects : Basse-Pointe, Sainte-Anne et Sainte-Luce.

En Guyane, le nombre de cas cliniquement évocateurs de Zika continue de progresser sur les secteurs du littoral (de Saint Laurent du Maroni à l’Ile de Cayenne) qui sont en situation d’épidémie, en revanche, aucun cas n’a été signalé sur le reste du territoire. L’activité hospitalière reste calme pour le moment.

La situation épidémiologique du Zika dans la collectivité de Saint-Barthélemy correspond au niveau 1c du Psage* arbovirose émergente : « pas de circulation virale autochtone avérée avec circulation virale dans les autres DFA ».

A Saint-Martin et en Guadeloupe, la situation épidémiologique du Zika correspond au niveau 2 du Psage* « circulation virale autochtone ».

Articles similaires

Laisser un commentaire