Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a engagé hier un plan d’action pour la rénovation de la politique vaccinale, à la suite de la remise du rapport de l’ancienne députée Sandrine Hurel. Décliné en 4 axes, ce plan d’action poursuit un objectif clair : agir, auprès des particuliers, des professionnels de santé et des industriels, pour renforcer la confiance dans la vaccination.

On le sait, la vaccination est souvent au centre des débats. Doit-on vacciner son bébé ? Est-ce vraiment nécessaire ? Les effets ne s’estomperaient-ils pas avec le temps ? Que de questions autour de la vaccination et sa politique controversées depuis des années. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui le gouvernement souhaite « réconcilier » les français en proposant une nouvelle politique vaccinale basée sur 4 axes :

  • Informer : assurer une meilleure information du grand public et des professionnels de santé.
  • Coordonner : assurer une meilleure gouvernance de la politique vaccinale.
  • Sécuriser l’approvisionnement : lutter contre les tensions d’approvisionnement et les pénuries de vaccins.
  • Débattre : lancer une grande concertation citoyenne sur le sujet de la vaccination.

Le gouvernement veut éclaircir le débat autour des vaccins obligatoires et recommandés

Un plan d’action pour la rénovation de la politique vaccinale a été engagé, à la suite de la remise du rapport de l’ancienne députée Sandrine Hurel. Dans ce dernier, la question de la différenciation actuelle entre les vaccins obligatoires et recommandés est avancée.

Selon le rapport, les obligations concernent la vaccination contre :

  • la diphtérie
  • le tétanos
  • la poliomyélite.

Contre la diphtérie et le tétanos, seule la primo-vaccination avec le premier rappel à 11 mois est obligatoire. Contre la poliomyélite, la primo vaccination et les rappels sont obligatoires jusqu’à l’âge de 13 ans.

Maladies pour lesquelles la vaccination est recommandée pour tous les enfants/adolescents :

  • Coqueluche, rubéole, rougeole, oreillons
  • Infections invasives à haemophilus influenzae de type B, à pneumocoque, à méningocoque C
  • Hépatites B
  • Infection à papillomavirus humains (HPV) : dans ce cas la recommandation ne concerne que les filles.

Vaccination recommandées dans certaines situations :

  • Grippe saisonnière
  • Hépatite A
  • Tuberculose
  • Varicelle

Il est rappelé que le rapport ne traite pas de la vaccination contre la fièvre jaune obligatoire pour le département de la Guyane, des vaccinations obligatoires en milieu professionnel, des vaccinations pour les voyages, ainsi que des les vaccinations en cas de mesures sanitaires d’urgence.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.