© Forces armées aux Antilles

Au 1er janvier 2013, la France comptaient 65,5 millions d’habitants dont 1 866 891 habitants résidaient dans les Départements d’Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane et la Réunion). Ces données proviennent des résultats des recensements de la population publiés par l’INSEE, ce jeudi et dont l’entrée en vigueur a été fixée au 1er janvier 2016. Un chiffre marquant ressort de ces recensements : 12 142.

La population martiniquaise compte 12 142 habitants de moins qu’en 2008, soit une baisse annuelle moyenne de – 0,6 %. La Martinique est ainsi la région française qui perd le plus d’habitants. Dans les autres Départements d’Outre-mer (DOM), la population stagne en Guadeloupe et augmente de 0,7 % par an à La Réunion. En Guyane (région la plus dynamique) elle croît de 2,2 %.

Entre 2008 et 2013, la Martinique perd 4 500 habitants par an sous l’effet des migrations, tandis que l’excédent des naissances sur les décès n’est que de + 2 100 par an.

Fort de France perd 4 800 habitants

42 % de la population martiniquaise vit dans la Communauté d’Agglomération du Centre (161 021 habitants). Cet établissement public de coopération intercommunal (EPCI) abrite les deux communes martiniquaises les plus peuplées : Fort de France avec 84 174 habitants et Le Lamentin avec 40 040 habitants.

Fort-de-France est la commune martiniquaise qui connaît la plus forte baisse en volume (4 826 habitants en 5 ans) et Schœlcher perd 1 815 résidents sur la période. A contrario, la population du Lamentin progresse légèrement (+ 630 habitants).

Selon l’INSEE, les communes situées sur la côte caribéenne gagnent des habitants alors que les communes de la côte atlantique en perdent (excepté Le Vauclin).

Pointe-à-Pitre perd 1 390 habitants

En 2013, 402 119 personnes résident en Guadeloupe, soit 335 habitants de plus qu’en 2008. Durant cette période, la population guadeloupéenne reste stable et augmente seulement de 0,02 % par an, contrairement à la période de 1999-2008 où la population a crû de 0,4 % en moyenne annuelle.

La Communauté d’agglomération de Cap Excellence est touchée par la diminution constante du nombre de résidents de Pointe-à-Pitre. Malgré une réduction du rythme de son dépeuplement entre 2008 et 2013, la commune a perdu un quart de sa population depuis 1999. De même, la commune des Abymes perd 1 310 habitants entre 2008 et 2013. Seule la commune de Baie-Mahault gagne des résidents. Sur les cinq dernières années, la population y progresse annuellement de 0,3 % contre 2,6 % entre 1999 et 2008.

La commune de Petit-Bourg (+ 8,4 %) dynamise fortement la progression des résidents dans la communauté d’agglomération du Nord Basse-Terre. Avec 78 704 habitants en 2013, celle-ci a gagné plus de 10 000 habitants depuis 1999. La côte Caraïbe ne bénéficie pas de ce dynamisme démographique : Pointe-Noire et Deshaies perdent respectivement 6,9 % et 3,9 % de leurs habitants.

Pour plus d’informations sur l’étude de recensement réalisée par l’INSEE : Populations légales 2013.

Articles similaires

7 Commentaires

  1. C’est NORMAL la moitié c’est tous les metros qui ont fuit pendant les greves ! Ils ont eu peur , vu que la tres intelligente population martiniquaise se défoulé sur leurs gueules et sur leurs business pour se venger des béckés ! Bien qu’étant antillais j’en connais beaucoup qui ont du partir ..
    Apré allé mandé ko zot pou kisa ? mdrrrr lepen trop raciste mais zot pa du tout d’apres zot

  2. Jay, Par contre vu la bêtise de votre argumentaire j’espère que vous aussi vous avez fui la Martinique parce que franchement des idiots on en a déjà assez pour en supporter plus, L’assimilé pathétique qui dénigre et déglingue son peuple! Comme-ci l’herbe était plus verte ailleurs surtout dans le pays des fachos identitaires consanguins. Avez vous déjà mis les pieds dans le sud et le nord atlantique de la Martinique pour dite de telles inepties? Les métropolitains sont bien incrustés en Martinique. Ce sont nos jeunes qui partent pour chercher du travail et le fait que la taux de fécondité par martiniquaise est d’1.8 qui expliquent le dépeuplement de la Martinique et c’est Fort-de-France qui se dépeuple pas le littoral où tout le monde s’installe en particulier les blancs. Donc avec un peu de réflexion et d’intelligence celle que vous reprochez de manquer à votre propre peuple, faites des analyses constructives qui s’appuient sur des faits vérifiables et véridiques et non sur les ont dits qu’on vous a faire croire. Personne n’a été chassé de Martinique à coup de machettes comme dans les conflits en Afrique. Le méchant nègre anti-béké et anti-blanc qui fait fuir les blancs ne sont que dans vos fantasmes! Les quelques blancs qui ont quitté la Martinique en 2009 sont déjà revenus!

  3. Encore récemment un ami gaulois me dit gentiment pourquoi tu ne pars pas exercer tes talents dans la grande France ? moi de lui dire pourquoi tu n’y retournes pas ? et lui Oh non mwen bien isi-a il fait trop froid là-bas et puis il y a du bon rhum en Mque… Voilà qui peut ouvrir l’un des aspects de la réflexion, peut-être aussi que les jeunes Martiniquais font actuellement de plus longues études les conduisant à quitter l’île ? et puis beaucoup sans grande qualification n’en pouvant plus de résister au symdrome de l’avion et du « partir là-bas »

Laisser un commentaire