L'îlet Caret en Guadeloupe vu du ciel - Crédits photo : Laurent Beauvarlet

Le cliché est saisissant et pousse de nouveau à la réflexion. L’îlet Caret, îlet inhabité situé dans le Grand Cul-de-sac marin, au large de la commune de Sainte Rose en Guadeloupe est méconnaissable. La faute à une mer qui chaque jour grignote quelques millimètres de sable. L’îlet tant convoité par les touristes va t’il disparaître ?

Il est l’un des symboles touristiques de l’archipel guadeloupéen et pourtant, il se pourrait que le tourisme local fasse sans l’îlet Caret. Vous avez sûrement par le passé ou récemment encore, profité d’une journée à l’îlet Caret, véritable paradis sur Terre en pleine mer des Caraïbes. Ce lieu touristique est depuis toujours, un passage incontournable durant un séjour en Guadeloupe.

Sa configuration, son eau chaude peu profonde et ses fonds marins en ont fait une valeur sûre et un gage de plaisir, un plaisir qui pourrait s’arrêter vu l’état actuel de l’îlet le plus connu dans l’archipel guadeloupéen. Pour vous donner une idée, nous avons comparé deux clichés séparés de quelques années à peine, la différence est flagrante :

AVANT

Crédits photo : guadeloupe-tourisme.com
Crédits photo : guadeloupe-tourisme.com

APRES (photo prise le 22 janvier 2016)

Crédits photo : Laurent Beauvarlet
Crédits photo : Laurent Beauvarlet

Bien évidemment, la nature est à l’origine de ce changement avec selon les spécialistes, l’augmentation du niveau de la mer, les vents forts mais également, une fréquentation élevée du lieu. Des digues avaient été installées au fil des années afin de freiner ce phénomène d’érosion mais à observer de plus près, ces dernières ne semblent plus très efficaces.

Cela signifierait-il que l’îlet disparaîtra ? La question reste entière d’autant plus que l’îlet Caret n’est pas le seul îlet dans ce cas. L’îlet Gosier situé au large de la commune du même moment a aussi changé de visage au fil du temps et perdu de sa superficie. Reste maintenant à se poser les bonnes questions pour tenter de préserver l’un des joyaux de l’archipel guadeloupéen.

Articles similaires

7 Commentaires

  1. Dommage qu’il n’y ait pas de dates, parce qu’à mon avis, y’a pas beaucoup d’années qui s’écoulent entre la première et la deuxième photo…. :/

  2. Il y a pourtant moyen de modérer, voir de stopper ce grignotement, par des plantations de bonnes essences au bon endroit, et un suivi régulier… mais tout le monde s’en fout, à commencer par ceux qui en font le plus souvent usage !

    • Les essences au bon endroit? Enfin! Toutes les plages de gwada voients leurs arbres tomber, une rangée après l’autre, dans la mer. Quels essences sont elles plus efficaces que les palétuvier, cocotier et amandiers?
      Commençons déjà par faire une remarque, polie et éducative, aux milliers de Guadeloupéens qui viennent prendre des sceaux de sable pour faire du béton. Interdire définitivement pompage du sable (y compris pour recouvrir de sable blanc les plages de sables noirs de la si populaire Mercury day)
      Pour ce qui est de la fréquentation, pas de solution. Organiser des téléréalités pour retenir les gens d’aller à la mer?

  3. pourquoi pas fondé une association qui puisse entretenir ces joyeaux de la guadeloupe pour le futur tourisme. Pour les enfants Guadeloupeen qui vont en avoir besoin dans le futur.

  4. Inadmissible on laisse crever carette tous sa pars quont a réintroduit le lamantin la gwada san carette c plus la gwada se petit bout d’îlet et magique tous sa pour un bout de digue qui protégeais lilet que personne a voulu entretenir ou refaire lamentable

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.