L’INSEE vient de publier une étude intitulée « Où vivent les familles en France ». En 2012, 8,0 millions de familles avec au moins un enfant mineur vivent en France, dont 6,7 millions dans l’espace des grandes aires urbaines, soit huit familles sur dix. Les villes-centres, les communes du nord et du sud de la France ainsi que les départements d’outre-mer sont les territoires qui comptent davantage de familles dont les parents sont sans emploi et où se concentre la pauvreté.

Exception faite du nord de la France, où deux familles avec enfant(s) mineur(s) sur dix sont monoparentales, c’est aussi dans ces communes que la proportion de familles monoparentales au sein des familles avec au moins un enfant mineur est la plus forte, selon l’INSEE.

Par exemple, en 2012, 31 % des familles avec au moins un enfant mineur sont des familles monoparentales dans les villes-centres des grands pôles urbains contre 22 % en moyenne en France. En Guadeloupe ou en Martinique, c’est même le cas d’une famille avec enfant(s) mineur(s) sur deux. Ces familles sont souvent localisées là où la part de logements HLM est importante. En effet, quatre familles monoparentales sur dix vivent en logement HLM.

Part des familles à bas revenus parmi les familles allocataires d’une caisse d’allocations familiales en 2012

fig1.png

Part des familles au sein desquelles aucun parent n’est en emploi parmi les familles avec enfant(s) mineur(s) en 2012

fig2.png

Dans les DOM, la part des familles vivant dans des logements surpeuplés est particulièrement forte

En France, une famille avec enfant(s) mineur(s) sur dix vit dans un logement surpeuplé. En France métropolitaine, c’est dans les aires urbaines de Paris et Nice, en lien avec l’offre limitée de logements de grande taille et le prix des logements, que les familles avec enfant(s) mineur(s) vivent le plus souvent dans des logements surpeuplés : c’est le cas de 37 % des familles dans les villes-centres et de 25 % dans leurs banlieues.

Viennent ensuite les villes-centres de l’aire urbaine de Marseille où 26 % de ces familles sont concernées. Dans les DOM, la part des familles vivant dans des logements surpeuplés est particulièrement forte : notamment, une famille sur deux dans les villes-centres de l’aire urbaine de Cayenne et trois sur dix dans les villes-centres des aires urbaines de Fort-de-France ou Saint-Denis de La Réunion.

Part des familles en surpeuplement parmi les familles avec enfant(s) mineur(s) en 2012

fig3.png

Les familles nombreuses : contraste entre le Nord et le Sud

Au sein des familles avec enfant(s) mineur(s), la part des familles nombreuses a diminué entre 1990 et 2012, passant de 26 % à 21 %. Cette part a davantage reculé dans les zones où elle était la plus élevée, si bien que les différences territoriales se sont réduites. Pour autant, un net contraste entre le nord et le sud de la France perdure.

En 1990, presque toute la moitié nord du pays, la région Auvergne Rhône-Alpes, à l’exception des départements de l’Allier et du Puy-de-Dôme, et les DOM affichaient des taux de familles nombreuses supérieurs à 22 %.

En 2012, cette part reste atteinte dans un territoire plus réduit : les Pays de la Loire (23 % ; 26 % en Mayenne et 25 % dans le Maine-et-Loire), les départements du Nord (27 %), du Pas-de-Calais (26 %), de l’Aisne (24 %), des Ardennes (22 %), les aires urbaines de Paris (24 % ; 30 % en Seine-Saint-Denis, 25 % en grande couronne francilienne) et de Lyon (24 % ; 25 % dans le seul département du Rhône), la Guyane (42 %) et La Réunion (26 %).

Cela correspond à des espaces dans lesquels la fécondité est historiquement forte. Le lieu où l’on naît a en effet une influence sur la descendance. Ainsi, il est plus fréquent d’avoir trois enfants ou plus lorsque l’on est né à l’étranger, ou en France dans l’Ouest, dans le Nord ou en outre-mer. En France, les traditions régionales joueraient donc un rôle dans la descendance, les enfants reproduisant en partie le modèle familial de leurs parents.

Part des familles nombreuses parmi les familles avec enfant(s) mineur(s) en 2012
lastfig.png

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.