Crédits photo : Morgane Edvige (Instagram)

Elle est jeune, pleine de vie et depuis le 19 décembre dernier, 1ère dauphine de Miss France 2016. A 19 ans, Morgane Edvige a placé la Martinique et l’Outre-mer, sous le feu des projecteurs après avoir manqué d’un cheveu la couronne de Miss France 2016. La martiniquaise au sourire radieux et qui a les pieds sur Terre jouit désormais d’un nouveau statut. Quelques jours après avoir reçu son écharpe de 1ère dauphine, elle s’est confiée à Mediaphore…

Mediaphore : Morgane Edvige, Bonjour. Avant toute chose, félicitations pour ce titre de 1ère dauphine de Miss France 2016. Un peu plus d’une semaine après le grand soir à Lille, comment vous sentez-vous ? Avez-vous vraiment pris conscience de votre nouveau statut ?

Morgane Edvige : Quelques jours après le grand soir, je me sens plutôt bien ! J’ai eu la chance de terminer première dauphine et c’est un statut qui me satisfait entièrement, je suis consciente des responsabilités qu’il entraîne et je suis prête à l’assumer. 

Mediaphore : Racontez-nous un peu votre parcours pour arriver jusqu’à Miss France 2016. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous présenter à l’élection de Miss Martinique ? Un rêve d’enfant ou une simple opportunité ?

ME : Je me suis présentée au concours de Miss Martinique car j’ai toujours été passionnée par le domaine de la mode et de l’élégance mais mon passé sportif ne m’a pas laissé suffisamment de temps à consacrer à cette passion. Mais c’est un mal pour un bien, lors d’une séance d’entraînement, je me blesse et le sport de haut niveau s’est arrêté là pour moi. C’est ainsi que je me suis « reconvertie ». Cette élection pour moi se rapproche plus d’une opportunité que d’un rêve d’enfant. 

Mediaphore : En tant que candidate à Miss France 2016, vous avez participé à la préparation au concours à Tahiti mais également à Paris, entre autres. Quels souvenirs gardez-vous de cette période ?

ME : La préparation au concours à Tahiti était simplement magique, les tahitiens nous ont accueilli comme des princesses et j’en garde un très très bon souvenir. Arrivée à Lille, les choses plus sérieuses ont commencé, notamment l’apprentissage des chorégraphies du show c’était vraiment quelque chose d’unique à vivre.

Mediaphore : Durant cette fameuse phase de préparation, les spécialistes, pages fans (non officielles) de Miss France, etc…vous plaçaient régulièrement parmi les favorites, en étiez-vous consciente ? Pensiez-vous réellement arriver parmi les 5 finalistes ?

ME : En effet j’ai pu constater que je faisais partie des favorites sur plusieurs pages fans, mais honnêtement je gardais en tête que rien n’était joué d’avance ! Cela faisait plaisir de se savoir aussi soutenue certes, mais je restais concentrée sur ce que j’avais à faire. Car, si vous regardez bien d’une page à une autre je pouvais être dans le top 5 ou d’autres fois juste dans le 12. Est-ce que je pensais être dans le top 5 ? Ce n’était pas une certitude mais c’était en partie mon objectif et je l’ai atteint. 

Mediaphore : Pendant l’élection et à l’issue de cette dernière, une polémique plutôt virulente est née, à propos de votre choix de coiffure (coiffure afro et naturelle). Il y a quelques années, une ancienne Miss Martinique (Camille René) avait été également confrontée a la même polémique. Quel est votre regard sur cela ?

ME : Je suis très fière d’être une nappy, de ma coupe ! Et même si je tends à croire qu’un jour les mentalités pourront enfin évoluer, surtout dans une société ou le métissage n’a jamais été aussi beau et prononcé, je sais aussi qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Donc, les critiques néfastes je les occulte. Les critiques constructives, je sais en tenir compte pour mieux avancer. Pour moi critiquer mes cheveux n’a rien de constructif.

J-1 les amis ! #MissFrance2016 #MissMartinique 💄👑

Une photo publiée par Morgane Edvige (@morgane_ed) le

Mediaphore : Au-delà du choix de votre coiffure pour le concours, à l’issue du show du samedi soir, les médias nationaux en particulier ont publié des informations plutôt délicates et ambigües vous concernant, toutes piochées sur votre profil Twitter. Cela vous a-t-il affecté ?

ME : Il est clair que cela m’a touché, surtout que ces tweets ont été complètement sortis de leur contexte. Ils résultent d’une conversation entre amis, basés sur des métaphores et paroles de chansons et tenus à une époque où je n’envisageai même pas de devenir une Miss ! En aucun cas il s’agit de détails de ma vie intime. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes ont compris cela et je tiens à les remercier de faire la part des choses. Par contre, il y a des faux comptes qui ont été créés en mon nom, tenant des propos sur le racisme. Ce n’est bien évidemment pas moi.

Mediaphore : Vous voilà désormais dans l’histoire de Miss France avec cet honorifique titre de 1ère dauphine de Miss France 2016. Quel est la suite pour vous désormais ?

ME : A l’heure actuelle, il y a encore des choses à planifier et à valider, cependant je sais que je serai très certainement amenée à participer à des galas avec l’Organisation Miss France, ainsi qu’à une élection internationale. Au niveau régionale, j’aurai aussi des manifestations en Martinique, avec la Délégation Miss Martinique qui je sais, s’active déjà pour mon retour.

Félicitations à toi ma belle. @irismittenaeremf ❤️👑👠🙌🏽

Une photo publiée par Morgane Edvige (@morgane_ed) le

Mediaphore : Les Martiniquais et les ultramarins de manière globale vous ont beaucoup soutenu notamment sur les réseaux sociaux. Quel message souhaitez-vous leur adresser ?

ME : En effet il n’y a pas que les Martiniquais qui m’ont soutenu, les ultramarins ont été très solidaires et je les ne les remercierai jamais assez d’avoir autant cru en moi. Merci à tous !

Merci Morgane pour cet entretien et bonne continuation !

Si vous souhaitez suivre l’actualité de Morgane Edvige, Miss Martinique et 1ère dauphine de Miss France 2016. Rendez-vous sur ses comptes officiels :

Facebook (page fan) : Morgane Edvige Miss Martinique 2015 pour Miss France

Twitter : @morgane_edvige

Instagram : @morgane_ed

Articles similaires

Laisser un commentaire