En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie de sida. Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui, plus de 35 millions de personnes sont séropositives dans le monde. Un virus qui est présent en nombre dans les Départements d’Outre-Mer. Petit rappel en cette journée dédié…

1) Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) infecte les cellules du système immunitaire

L’infection se traduit par une détérioration progressive du système immunitaire, qui empêche l’organisme de se défendre contre les infections et les maladies. Le terme de sida (syndrome d’immunodéficience acquise) fait référence aux stades les plus avancés de l’infection à VIH, définis par la survenue de l’une des 20 infections opportunistes ou l’un des cancers liés au VIH.

2) Le VIH peut se transmettre de plusieurs façons

Le VIH peut se transmettre:

  • à l’occasion de rapports sexuels (vaginaux ou anaux) non protégés ou de contacts bucco-génitaux avec une personne infectée ;
  • par la transfusion de sang contaminé ;
  • en cas de partage d’aiguilles, de seringues ou d’autres instruments pointus contaminés ;
  • de la mère à l‘enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement au sein.

3) Les principaux moyens de prévenir la transmission du VIH consistent à :

  • avoir des rapports sexuels à moindre risque, par exemple en utilisant des préservatifs ;
  • se soumettre à un dépistage des infections sexuellement transmissibles, y compris l’infection à VIH, et se faire traiter le cas échéant ;
  • éviter de prendre des drogues injectables ou, si on le fait, toujours utiliser des aiguilles et des seringues jetables neuves ;
  • veiller à ce que le sang et les produits sanguins dont on pourrait avoir besoin aient été testés pour y détecter la présence éventuelle du VIH.

4) 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH/sida dans le monde

Plus de 36,9 millions de personnes dans le monde vivaient en 2014 avec le VIH, dont 2,6 millions d’enfants. La grande majorité des personnes vivant avec le VIH se trouvent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. On estime que le virus a infecté 2 millions de personnes rien qu’en 2014. À ce jour, on estime qu’environ 34 millions de personnes sont décédées des suites du sida dont 1,2 million en 2014.

5) Les polythérapies antirétrovirales empêchent le VIH de se multiplier dans l’organisme

Si le virus arrête de se reproduire, les cellules immunitaires peuvent vivre plus longtemps et de protéger l’organisme contre les infections. Si dans un couple, le partenaire séropositif est traité avec des antirétroviraux, le risque de transmission sexuelle du partenaire séronégatif diminue considérablement (96%).

6) Début 2015, il y avait dans le monde 15 millions de personnes sous traitement antirétroviral

Parmi elles, près de 13,5 millions vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. L’OMS recommande de démarrer le traitement antirétroviral dès que la numération des CD4 tombe à un niveau égal ou inférieur à 500 cellules/mm3. Le traitement est recommandé quelle que soit la numération des CD4 pour tous les partenaires séropositifs dans les couples sérodiscordants, pour les femmes séropositives enceintes ou qui allaitent leur enfant, chez les sujets infectés par la tuberculose et le VIH, ainsi que ceux ayant une co-infection VIH-hépatite B avec une maladie hépatite chronique sévère. De même, le traitement antirétroviral est recommandé à tous les enfants de moins de 5 ans porteurs du VIH. Le défi reste énorme pour atteindre toutes les personnes éligibles pour le traitement.

7) Le dépistage du VIH ouvre la voie pour garantir le traitement à ceux qui en ont besoin

Il faut accélérer de manière spectaculaire l’accès au dépistage du VIH et aux médicaments pour atteindre l’objectif de mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030. Environ 150 millions d’enfants et d’adultes dans 129 pays à revenu faible ou intermédiaire ont, selon les informations disponibles, bénéficié des services de dépistage du VIH en 2014. Pourtant, la portée de ce dépistage est encore très limitée car, selon les estimations, seules 51% des personnes séropositives connaissent leur statut.

8) On estime à 2,6 millions le nombre d’enfants qui vivent avec le VIH/sida

Selon les chiffres de 2014, la plupart d’entre eux vivent en Afrique subsaharienne et ont été infectés par leur mère au cours de la grossesse, de l’accouchement ou de l’allaitement au sein. Près de 220 000 [190 000-260 000] enfants ont été infectés par le VIH en 2014.

9) L’élimination de la transmission mère-enfant devient une réalité

L’accès aux interventions de prévention demeure limité dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire. Mais des progrès ont été accomplis dans certains domaines, comme la prévention de la transmission mère-enfant et la survie des mères. En 2014 dans le monde, un peu plus de 7 femmes enceintes sur 10 vivant avec le VIH, soit 1 070 000 femmes, étaient sous traitement antirétroviral. En 2015, Cuba a été officiellement déclaré par l’OMS comme étant le premier pays à avoir éliminé la transmission mère-enfant du VIH et de la syphilis.

10) Le VIH est le principal facteur de risque de survenue d’une tuberculose évolutive

En 2013, plus de 360 000 personnes vivant avec le VIH sont décédées des suites d’une tuberculose. Cela représente à peu près un quart des 1,5 million de décès dus au VIH cette année-là. La majorité des personnes atteintes à la fois d’une infection à VIH et de la tuberculose habitent en Afrique subsaharienne (environ 78% des cas enregistrés dans le monde).

Articles similaires

Laisser un commentaire