Crédits photo : topsante.com

La CIRE (Cellule Interrégionale d’Epidémiologie) Antilles-Guyane a publié son dernier point épidémiologique concernant les arboviroses (virus de la dengue et du chikungunya).

De manière globale, ces deux virus se propagent beaucoup plus lentement que d’habitude et la situation épidémiologique de ces arboviroses restent calme entre début octobre et mi-novembre 2015.

GUADELOUPE

Dengue : la CIRE Antilles-Guyane estime à 60 le nombre total de consultations chez les médecins généralistes pour des signes cliniques évocateurs de dengue. Selon la cellule, le nombre est en légère augmentation par rapport au mois précédent (septembre 2015) mais reste très inférieur aux valeurs maximales attendues pour la saison. D’autre part, aucun foyer de dengue ou de chikungunya n’a été identifié ces dernières semaines dans le département.

Chikungunya : sur la même période, sept cas cliniquement évocateurs de chikungunya ont été estimés à partir des données fournies par le réseau de médecins sentinelles. Aucun cas biologiquement confirmé n’a été identifié sur cette même période.

MARTINIQUE

Dengue : 42 cas cliniquement évocateurs de dengue ont été estimés à partir des données du réseau de médecins sentinelles. Un cas a été biologiquement confirmé. Sur cette même période, 18 visites pour suspicion de dengue ont été réalisées par les médecins de l’association SOS Médecins Martinique, représentant moins de 1% du nombre total de visites.

Chikungunya : durant les six dernières semaines, environ 21 cas cliniquement évocateurs de chikungunya ont été estimés à partir des données du réseau de médecins sentinelles de Martinique. Au niveau biologique, seul un patient présentant des IgM positifs, et donc considéré comme un cas probable de chikungunya, a été identifié durant cette même période.

SAINT-MARTIN

Dengue : entre octobre et mi-novembre, le nombre hebdomadaire de patients ayant consulté un médecin généraliste pour une suspicion de dengue à Saint-Martin est resté largement inférieur aux valeurs maximales attendues pour la saison. La CIRE Antilles-Guyane estime ce nombre à une trentaine sur la période.

Chikungunya : à Saint-Martin, entre le début du mois d’octobre et mi-novembre, seul deux patients auraient consulté un médecin généraliste pour une suspicion de chikungunya.

SAINT-BARTHELEMY

Dengue : Au cours des cinq dernières semaines, le nombre hebdomadaire de patients ayant consulté un médecin généraliste pour une suspicion de dengue a dépassé les valeurs maximales de saison durant trois semaines successives. Ce nombre est repassé en dessous des valeurs maximales de saison durant les deux dernières semaines. Au total, 41 cas évocateurs de dengue ont été estimés sur cette période. Sur la même période, cinq confirmations biologiques pour dengue ont été enregistrées.

Chikungunya : entre début octobre et mi- novembre, aucun patient n’aurait consulté un médecin généraliste pour une suspicion de chikungunya. Parallèlement, aucune confirmation biologique pour une infection au virus chikungunya n’a été enregistrée.

Pour ce qui est du zika, une épidémie a été signalée le 15 octobre 2015 par l’OMS en Colombie. De plus, quatre suspicions de transmission autochtone du virus Zika au Suriname ont été confirmées par des analyses effectuées par le laboratoire de CARPHA. Le nombre total de cas rapportés par l’OMS est de cinq dans le pays depuis la première notification par le ministère de la santé le 2 novembre 2015. La Guyane de son côté reste particulièrement vigilante vu la proximité entre les deux pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire