Arracher les mauvaises herbes, repeindre le caveau ou encore, brosser les carreaux qui ornent les tombes familiales, des gestes symboliques qui ont traversé le temps aux Antilles et ailleurs. Le 1er novembre, le jour où l’on honore les morts et qui s’achève par les illuminations et scintillements des centaines de bougies qui jonchent les tombes et les allées des cimetières.

Le temps, justement, ce bon vieux temps où l’on se rendait en famille, vêtu de beaux habits pour rendre hommage aux morts, signe de respect et de reconnaissance, selon les anciens. Aujourd’hui, nous aurions plutôt tendance à y passer en coup de vent, « par principe » comme avancent certains. Et oui, il y a désormais bien d’autres occupations en ce week-end prolongé !

Aujourd’hui, nous sommes bien loin de l’époque où le cimetière devenait un lieu convivial, l’espace d’un week-end. Les allées de cimetières bondées, des anecdotes, des éclats de rire et l’occasion, de revoir des proches ou amis. D’ailleurs, certains jeunes ne connaîtront sûrement jamais le plaisir que l’on prenait entre jeunes cousins et cousines, à initier des guerres de « caca bougies ». Une fois, les courses entre les tombes et caveaux terminées, un détour par les voitures ambulantes était incontournable avant de rentrer paisiblement chez soi.

Le nettoyage de tombes, un business florissant

Certains de l’âge de nos grands-parents le disent sans vergogne, une tombe bien nettoyée est le signe que l’on s’occupe de ses morts. Il fut un temps, les parents ou grands-parents vous rétribuaient pour arracher quelques herbes autour d’un caveau mais aujourd’hui, le nettoyage de tombes est devenu un véritable business aux Antilles comme en France. D’ailleurs, en France, certaines sociétés spécialisées dans ce service ont vu le jour proposant des prestations dépassant la centaine d’euros.

Aux Antilles, cela reste plutôt bon esprit, moins professionnel et beaucoup moins coûteux. Comptez une dizaine d’euros pour un nettoyage en bon et du forme. D’ailleurs, les « professionnels » du nettoyage sont au rendez-vous comme chaque année, armés de leurs truelles, pinceaux et balayette entre autres, afin de récupérer quelques euros honnêtement gagnés. Un service qui arrange bien des familles dans l’incapacité de le faire par elles-mêmes ou des proches hors du département et surtout, celles et ceux, qui n’ont pas le temps. Ce fameux temps, si précieux…

Articles similaires

Laisser un commentaire