septembre 17, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

10 pour cent du financement mondial pour la conservation de la nature ? Le Congrès de l’UICN est terminé

La prise en compte de la perte de biodiversité dans les analyses économiques et financières est l’une des annonces faites par les participants au Congrès mondial pour la conservation de la nature, qui s’est achevé la semaine dernière. Quoi d’autre a été décidé concernant la biodiversité?



Les priorités de la conservation mondiale de la nature ont été discutées lors de la Conférence mondiale de l’UICN sur la conservation de la nature la semaine dernière. Union internationale pour la conservation de la nature) Les discussions à Marseille ont duré plus d’une semaine, rassemblant 6 000 participants et 3 500 personnes. Auditeurs en ligne. Lors des réunions, entre autres, le président français Emanuel Macron a présidé la réunion. Deux personnes de Pologne ont personnellement assisté à la réunion.

Les discussions portent sur trois thèmes principaux : le cadre de conservation de la biodiversité post-2020 qui sera adopté par les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur la diversité biologique ; Le rôle de la nature dans la reprise mondiale après les épidémies de COVID-19 ; Et la nécessité de transformer le système financier mondial et les investissements directs en projets qui profitent à la nature. La Conférence des Parties sur la biodiversité, COP15, devait avoir lieu l’année dernière, mais sa date a été repoussée à deux reprises en raison de l’épidémie. Enfin, la réunion est prévue en avril 2022 à Kunming, en Chine. Pendant ce temps, une inspiration supplémentaire pour les annonces politiques pourrait provenir de la réunion virtuelle des parties pour la conférence qui se tiendra en octobre de cette année.

UICN

L’UICN, qui fonctionne depuis 1948, compte plus de 1 400 membres dans plus de 170 pays, dont 121 agences gouvernementales (des ministères, agences gouvernementales, institutions aux musées de la nature). Le Conseil national pour la conservation de la nature, la Fondation du patrimoine naturel, le WWF Pologne et la Société polonaise pour la conservation de la nature “Salamantra” sont impliqués dans les activités de l’UICN de notre pays.

READ  Tournoi de basket-ball masculin de Tokyo 2020. : résultats, équipes, tableau

Quels sont les résultats ?

Le congrès s’est terminé par la soi-disant annonce du rapport de Marseille(1) Et faire des promesses pour protéger la nature. Qu’y a-t-il dans le rapport de Marseille ? Bien que le document ne soit pas relié, il s’agit d’un résumé des décisions les plus importantes du Congrès. Le document souligne à quel moment critique nous nous trouvons. “Les mois à venir détermineront en grande partie comment les pays feront face à la crise de la biodiversité. La Conférence des Parties COP-15 sur la diversité biologique (CPD) et au-delà nécessite des efforts concrets et concertés. Si nous voulons protéger la vie future de notre planète, nous devons arrêter la perte de biodiversité d’ici 2030 et parvenir à la restauration et à la restauration de l’environnement d’ici 2050.L’UICN appelle les gouvernements, le secteur privé, les peuples autochtones et les organisations à prendre des mesures qui réduiront considérablement les causes de la perte de biodiversité et apporteront des changements dans tous les secteurs. La reprise après une épidémie doit être cohérente et conforme à la politique « ne pas nuire ». Pas de mal).L’UICN exhorte les gouvernements à réformer les systèmes financiers, économiques et réglementaires et à mettre fin aux subventions préjudiciables.“- Annonce le rapport. Elle a noté qu’au moins 10 pour cent. L’investissement mondial dans la reprise économique devrait aider à protéger et à restaurer la nature.

La biodiversité et le grand mur bleu en analyse financière

Pour ce qui est des engagements, l’engagement a été pris par l’État, les ONG et les représentants des entreprises. À la suite du Congrès de l’UICN, entre autres, l’engagement de la France à 30 pour cent d’aires protégées dans le pays d’ici 2022 et 5 pour cent. Sa protection en Méditerranée était sous protection stricte jusqu’en 2027. Ici, les ONG françaises montrent un retour en arrière sur les promesses faites en janvier par le président Emmanuel Macron de prendre 10 pour cent. Les mers de France sont sous haute sécurité(2). La France s’engage à prendre en compte les risques financiers liés à la perte de biodiversité dans les analyses économiques et financières, et notamment à renforcer les investissements en faveur de la biodiversité. Des solutions basées sur la nature, c’est-à-dire des solutions basées sur la nature qui soutiennent le changement environnemental de l’agriculture et augmentent l’accumulation de dioxyde de carbone dans les forêts ou les sols.

READ  Best Fat Bike Electrique: les meilleurs choix pour tous les budgets

A lire aussi : Anthropologie en chiffres. Rapports d’impact humain sur la planète

Qu’y a-t-il en dehors de la France ? Plus de 30 gouvernements locaux, villes, organisations partenaires et l’UICN ont décidé d’élargir l’accès mondial à des espaces verts de haute qualité et d’augmenter la biodiversité dans 100 villes, avec environ 100 millions de citoyens, d’ici 2025, et d’évaluer leur impact en fonction de la biodiversité urbaine . Table(3). Il est à noter que c’est la première fois que l’UICN a ouvert des membres de gouvernements locaux. Les West Indies Ocean States sont le premier réseau régional connecté à diriger l’initiative de la Grande Muraille Bleue et à créer une économie bleue renouvelable. On s’attend à ce que 70 millions de personnes bénéficient de la conservation et du rétablissement de la biodiversité marine et côtière. La Grèce, le pays le plus proche, est déterminée à réduire la surpêche en établissant des restrictions de pêche de 10 %. 60 % de réduction de la pollution plastique de ses eaux et mers régionales d’ici 2030.

Liste rouge des espèces – Lumière tamisée au bout du tunnel

En s’appuyant sur le thème de la conservation des espèces, il est à noter que les résultats de la mise à jour du Livre rouge sur les espèces menacées ont été présentés lors de la conférence.(4). Cela montre que 38 543 des 138 734 espèces estimées sont en danger. C’est près de 28 pour cent. Cela s’applique à 41 pour cent. Cascades, 34 pour cent de cônes, 33 pour cent de coraux de récif, 26 pour cent de mammifères et 14 pour cent. Oiseaux Néanmoins, l’UICN a décidé de rester à l’affût des améliorations des espèces de thons – quatre espèces ont commencé à se rétablir avec l’introduction de quotas de capture.

READ  Best Store Jour Et Nuit: les meilleurs choix pour tous les budgets

Marta Vyrspovska-Gujta : rédactrice en chef, spécialiste de la protection de l'environnement

Notes de bas de page

1/ La version anglaise du rapport est téléchargeable à partir du lien :
https://www.teraz-srodowisko.pl/media/pdf/aktualnosci/10833-CGR-2021-Marcel-Manifesto-IUCN.pdf
2/ Dans l’article (français) Commentaires des ONG :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/congres-mondial-nature-uicn-marseille-bilan-38152.php4#xtor=ES-6
3 / Code Européen de la Biodiversité Urbaine et Fonction Indice de Biodiversité Urbaine.4/ Données de l’article de Laurent Radisson de la rédaction d’Axe-Environnement :
https: //www.actu-fr Environnement.com/ae/news/biodiversite-uicn-liste-rouge-thons-38120.php4

Nous vous recommandons d’autres articles sur des sujets similaires :

La crise environnementale menace les droits humains fondamentaux (15 septembre 2021)Plan stratégique pour l’agriculture. La concertation est en cours (3 septembre 2021)La loi sur les espèces envahissantes a été adoptée (12 août 2021)Les pesticides populaires peuvent être nocifs pour les abeilles à petites doses (5 août 2021)Prairies fleuries. Faits et mythes (4 août 2021)