La ville des Abymes en Guadeloupe est en chantier et ça se voit. Cette année encore, la municipalité poursuit son implication dans RUZAb, le projet de Rénovation Urbaine des Abymes. Focus sur l’un des plus grands projets de rénovation urbaine de France.

Avec près de 60 000 habitants, Les Abymes est la commune la plus peuplée de Guadeloupe. Avec un parc qui a doublé en 30 ans, le département d’Outre-mer compte 214 000 logements en 2013, dont 78 % de résidences principales, selon l’Insee.

Comme en France hexagonale, six ménages sur dix sont propriétaires de leur logement, mais l’accession à la propriété reste limité, en lien notamment avec les faibles revenus de la population. Les locataires du parc social et les logés gratuitement sont plus nombreux que dans l’Hexagone. Le parc social permet notamment d’héberger les nombreuses familles monoparentales que compte la Guadeloupe, tandis que les logés gratuitement sont pour moitié des personnes seules.

© Insee

Afin d’optimiser les conditions de vie de ses habitants, la ville des Abymes s’est lancé dans un projet de grande envergure, le projet de Rénovation Urbaine des Abymes, mieux connu sous son petit nom « RUZAb. » Un projet pharaonique qui concerne plusieurs centaines de familles résidant dans huit résidences, elles-mêmes réparties dans plusieurs quartiers historiques de la ville tels que Grand-Camp ou Le Raizet dont certaines présentent un risque certain vis-à-vis des séismes.

La RUZAb a réellement pour but premier de décloisonner ces quartiers en améliorant l’habitat (résidentialisation, reconstruction et réhabilitation des logements), la desserte, la sécurité et l’accessibilité de ces zones, pour renforcer la cohérence territoriale et redynamiser les lieux de vie.

Il y a quelques jours, les futurs occupants des logements ont été invités par la ville des Abymes à visiter les logements. Plus de 100 familles ont répondu favorablement à cette initiative intitulée RUZAbUS. Une visite en bus ayant pour objectif de rapprocher les habitants des trois quartiers de la RUZAB qui avaient pour le coup la possibilité d’interroger les élus et techniciens investis sur les différents travaux de livraisons des logements.

« Le RUZAbUS est le fruit de la réflexion du pôle Rénovation Urbaine de la ville des Abymes et plus singulièrement celui de Mme Rwanda NAZAIRE. C’est une action de partenariat entre l’ensemble des bailleurs (SIG, SIKOA, SEMSAMAR, SEMAG, les associations de quartier et la ville des Abymes), qui consiste à conduire les habitants de Grand-Camp et de Raizet sur l’ensemble des nouveaux projets immobiliers mis à leur disposition, afin que ceux-ci se projettent et envisagent de résider sur d’autres secteurs de la ville des Abymes », explique Teddy Foule, élu à la gestion humaine de proximité et au relogement à la Ville des Abymes.

Selon les acteurs du dossier, ce projet pharaonique de rénovation urbaine engagé il y a plus de cinq ans représenterait pour la ville la plus peuplée de Guadeloupe, un investissement de plus d’un demi-milliard d’euros.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les locataires sont très impatients de prendre leur logement et de commencer une nouvelle vie. Il faut les rassurer sans cesse sur les avancées des constructions, pour les encourager à patienter. Certaines personnes doivent être relogées après plus de 40 ans dans le même lieu et ce n’est pas facile du tout, car c’est toute une page qui se tourne. Les retours sont en général très positifs, mais il est crucial que tous les acteurs continuent d’œuvrer ensemble, pour rassurer les locataires et permettre que le relogement se passe de manière fluide et agréable », nous confie Jean-Yves CASTANET, Médiateur de rue aux capitaines, l’une des résidences concernées par le projet.

Des quartiers métamorphosées mais pas sans mal

Reloger des familles, un défi de taille loin d’être aisé. Aux Abymes, plus de 1 000 logements sont à démolir, plusieurs centaines ont déjà été libérés, la moitié devrait l’être dans les prochaines semaines.

« La plus grosse difficulté pour nous est le relogement des familles monoparentales et des personnes âgées, qui représentent la majorité de nos demandes. Ces habitants ont très peu de  moyens et sont parfois réticents à franchir le cap du renouveau. Notre équipe doit prendre en considération ce phénomène accru de mixité sociale pour proposer des logements cohérents selon les profils sélectionnés. Nous devons aussi être attentifs, réactifs et très présents, pour favoriser un bon accompagnement de ces personnes. L’essentiel est de faciliter la transition de l’ancien vers le nouveau, sans trop de heurts », nous explique Séverine CLAIRY, Responsable de l’Ingénierie Sociale et Administratif, à la Direction de l’Aménagement de la SIG (Société Immobilière de Guadeloupe).

« Aujourd’hui, la transformation de Grand-Camp s’effectue par de nouvelles infrastructures mise à disposition de la population ce qui permet un développement équilibré en  partant de la zone nord du côté du Raizet, du côté ouest avec la RUPAP (rénovation urbaine de p-à-p) et prochainement par son positionnement géographique, ce secteur sera bientôt associer au développement du quarter de vieux bourg Abymes, dans le cadre du NPNRU  (nouveau plan national de rénovation urbaine) », nous répond Teddy Foule, l’élu en charge du relogement à la Ville des Abymes, sur l’apparence des quartiers historiques d’ici les cinq prochaines années.

En attendant que le projet soit bouclé, les habitants concernés par cette opération de relogement aux Abymes pourront bientôt prendre leurs marques dans leurs nouveaux appartements et bénéficier d’une meilleure qualité de vie, économique, sociale et environnementale. Sans oublier l’impact économique d’un projet tel que celui-ci puisqu’avec autant de chantiers, ce sont autant de demandeurs d’emplois ont embauchés afin de travailler à la déconstruction et la démolition des immeubles concernés.

L’état d’avancement de RUZAb à mars 2017 :

  • 1363 logements à démolir pour une offre de logements nouvelle et diversifiée de 1542
  • 756 logements libérés pour 653 ménages relogés sur les Abymes (Grand Camp,Raizet, Dugazon, Centre-Ville Bazin, Néré, Sonis, Nord,…) et autres communes.
  • Reste à reloger 607 ménages (Collinettes et Capitaines)
  • Relogement répondant aux souhaits de relogement des ménages , de la compositionfamiliale, de la capacité contributive du ménage, des situations professionnelles et lieu d’exercice de l’emploi, de la scolarité, des engagement des bailleurs, de critères de l’ANRU…
  • Les familles actuellement relogées sont issues des Capitaines Tranche 2, Plaines Tranche 1,2,3 – Collinettes 48