Ce lundi, le ministère de l’Outre-mer accueillait la première conférence nationale pour la sécurité Outre-mer. Objectif pour les représentants de l’Etat, les élus ultramarins et responsables associatifs : dresser le bilan du plan Sécurité Outre-mer.

Le rendez-vous du jour au ministère des Outre-mer est une première à laquelle participaient le premier ministre, Bernard Cazeneuve ainsi que le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux. Les deux hommes ont longuement échangés avec tous les acteurs (préfets, parlementaires, magistrats, élus locaux, fonctionnaires de police, militaires de la gendarmerie et représentants des associations) présents avec pour objectif de dresser le bilan des actions entreprises dans le cadre du plan sécurité outre-mer lancé, en juin 2016.

Dans un communiqué de presse, le Gouvernement a dévoilé une série d’engagements pris :

  • 563 policiers et 310 gendarmes ont été affectés ou projetés dans les outre-mer en 2016 et 2017, pour un objectif initial de 370 policiers et 242 gendarmes ;
  • En matière d’immobilier, les nouveaux commissariats de Fort-de-France et de Cayenne seront respectivement livrés en 2018 et 2020. Le rehaussement de 18% à 25% du taux des subventions versées aux collectivités calédoniennes pour la construction de casernes de gendarmerie a également été acté ;
  • un détachement de l’antenne de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants – OCRTIS Antilles-Guyane – a été créé à Cayenne début janvier 2017 (10 gendarmes et policiers) ;
  • une brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ), unité spécialisée de la gendarmerie nationale, a été créée à Nouméa (6 gendarmes) le 1er février 2017 ;
  • une ZSP est créée Saint-Laurent-du-Maroni début mars 2017 ;
  • la rénovation de l’ensemble de la Coordination Opérationnelle Renforcée dans les Agglomérations et les Territoires (CORAT) a été réalisée.

Autre sujets aborder durant cette conférence, la lutte contre l’immigration irrégulière qui touche durement certains départements d’outre-mer à l’image de Mayotte. La sécurité routière était également à l’ordre du jour, l’occasion de faire un point sur les campagnes de sensibilisation et de répression. « L’accent a notamment été mis sur les actions menées auprès de la jeunesse », précise par ailleurs le communiqué de presse.

Ces dernières années, les départements d’Outre-mer en particulier la Guyane et la Guadeloupe ont dû faire face à une recrudescence des faits de violence. Une problématique majeure à l’heure actuelle et sur laquelle les candidats à la présidence de la République ont été à interpellés à plusieurs reprises, reste maintenant si des mesures efficaces seront prises afin d’enrayer une violence latente en Outre-mer.