Le chanteur emblématique du groupe NTM devrait bientôt lancer sa marque de rhum. Une étape logique pour le Martiniquais grand amateur de « jus de soleil », comme il le qualifie.

Chanteur, acteur mais aussi businessman. Cette casquette elle n’est pas nouvelle pour Didier Morville, mieux connu sous le nom de Joey Starr. Le co-fondateur du groupe mythique NTM avec Kool Shen s’était déjà lancé dans les affaires en créant au début des années 2000, la marque de vêtements Com8. Cette fois, c’est dans les spiritueux qu’il se lance et plus précisément, le rhum. Le Martiniquais devrait bientôt lancer sa propre marque de rhum qui devrait s’appeller, « Caribbean Dandee ».

Le rhum et Joey Starr, une relation fusionnelle qui ne date pas de hier comme il l’explique au quotidien Le Monde à qui, il a réservé un entretien exclusif depuis un lieu symbolique de Paris, chez Christian de Montaguère, lieu de vente et de dégustation de cuvées exceptionnelles en provenance des Outre-mer.

« Mon père en buvait, toute ma famille en buvait. Je n’ai pourtant pas eu un premier rapport très drôle avec les Antilles. Mon père m’envoyait là-bas pendant les vacances pour « se débarrasser de moi ». J’atterrissais chez de la famille que je ne connaissais pas. Je n’étais pas accompagné, c’était plutôt : « Démerde-toi. » Cela n’empêche pas que le rhum fait partie d’un héritage. D’ailleurs, avec mon frère, avec qui je vis, quand on va acheter une bouteille, on n’achète pas du vin. On achète du rhum. J’avoue d’ailleurs que si je ne suis pas très en forme aujourd’hui, c’est parce qu’on a fini, hier soir, avec une bouteille de Plantation Overproof à 69°. Un truc plutôt conseillé pour les cocktails, mais qu’on boit pur. On le trouve fruité, même s’il envoie du pâté », confie Joey Starr au Monde.

Avant cette rencontre, JoeyStarr était en représentation sur les planches du Théâtre de l’Atelier, à Paris dans la pièce « Eloquence à l’Assemblée ». Son premier spectacle théâtral durant lequel il énonce des textes de Victor Hugo, Robespierre, Aimé Césaire ou encore, Simone Veil.