Location d’un logement ou d’une voiture entre particuliers, soutien scolaire, cours de yoga, etc… Ces activités sont toutes soumises à des obligations fiscales encore floues. On vous éclaire sur le sujet.

De nos jours, proposer son appartement en location sur Internet ou encore, son véhicule est désormais une pratique courante. Des pratiques courantes renforcées par l’avènement de firmes tels qu’Airbnb, Drivy ou encore, Blablacar. Cependant, bon nombre de particuliers en France ne connaissent pas leurs obligations fiscales. C’est pourquoi la Direction générale des finances publiques a décidé d’éclairer la lanterne car pour elle, nul n’est censé ignorer la loi !

On démarre avec la pratique la plus courante, la location d’un logement ou d’une voiture. Il faut savoir que tous les revenus issus de ces activités sont imposables (si les recettes sont inférieures à 32 900 €, vous avez le choix entre le régime « micro BIC » ou le régime « réel », au delà de ce montant, vous devez passer au « réel »).

Autre activité, le covoiturage avec partage de frais ou transport de passagers contre revenu. Cette activité n’est pas imposable si un certain nombre de conditions sont réunies (pratique du covoiturage dans le cadre d’un déplacement pour votre propre compte, prise à votre charge d’une partie des frais de carburant et de péage…).

Pour ce qui relève du secteur immobilier, les revenus ne sont pas imposables si vous vendez des biens que vous ne souhaitez pas conserver (poussette, collection de disques, ancien téléviseur…) mais les revenus sont par contre imposables si vous achetez ou si vous fabriquez des biens pour les revendre (vous achetez et vous revendez des bandes dessinées ou vous vendez votre production de bijoux ou de nappes brodées…) ce qui signifie alors d’opter pour un régime fiscal adapté.

Réalisation d’un service contre rémunération (soutien scolaire, cours de yoga ou de guitare, bricolage, coiffure à domicile, garde d’animaux…) : les revenus de ces activités sont imposables et impliquent de choisir un régime fiscal en fonction du type de recettes et de leur montant.

À savoir : Pour sa part, le site de la Sécurité sociale vous propose toute une série de fiches synthétiques pour comprendre votre situation sur vos obligations sociales en lien avec ce type d’activités.