La plate-forme du réseau de loueurs indépendants officie sur neuf destinations insulaires, dont les Antilles-Guyane.

La plate-forme n’existe que depuis environ 18 mois, et elle enregistre déjà une soixantaine de loueurs de voitures, adeptes de ses services, sur neuf destinations insulaires. « Au début, nous étions une agence de site e-commerce, et c’est lorsque nous avons créé un site de loueur de voiture que nous avons vu le potentiel », explique Alexandre Vion, co-fondateur de SpeedyWeb, l’agence qui administre le site Rentîles, avec deux associés : Alexandre Roturier, et Paul Grand-Clerc. Installée à Nice (Alpes-Maritimes) l’agence officie pour les loueurs de voitures des départements et territoires d’Outre-mer.

Le principe est simple : les entreprises de locations de véhicules contactent Rentîles, intègrent la plate-forme sans avoir à verser de cotisation pour l’adhésion, qui gèrera pour elles l’ensemble de l’opération de location, de la commercialisation à la gestion des stocks de voitures disponibles mais aussi le calendrier. « Nous avons des clients dont le parc automobile est à peine de quatre ou cinq véhicules », affirme Alexandre Vion. En revanche, c’est le loueur qui détermine le tarif des véhicules qu’il met à disposition de ses clients.

« Notre plus gros marché (30% des parts environ) se fait en Guadeloupe », détaille Alexandre Vion. Viennent ensuite La Réunion, puis la Martinique. « L’île Maurice est un bon marché pour nous », constate-t-il. Le site répertorie également les loueurs de voitures sur les îles de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin et aux Seychelles et vient d’intégrer les loueurs de Mayotte et de la Guyane.

« Chaque fois qu’une personne loue un véhicule, nous prélevons un pourcentage de la transaction : cette commission est notre mode de rémunération », explique le co-fondateur du site, qui se félicite d’avoir été nominés parmi les douze finalistes « du concours du site de l’année », dans la catégorie « Voyage et Loisirs ». Mais c’est un autre site qui a remporté le prix. « Nous sommes encore jeunes mais nous étions face à des sites de voyagistes comme Trivago, Expedia ou même voyage-sncf.com ».

Quant à la vérification de la fiabilité des loueurs qui s’inscrivent sur la plate-forme, le site utilise une des ficelles de l’économie collaborative : lorsque le client rend sa voiture, il est contacté par Rentîles quelques semaines plus tard et peut laisser un avis ainsi qu’une notation. Ce moyen de contrôle par la clientèle, de notation et de jugement, est désormais assez répandu sur la toile : des sites comme blablacar ou encore Tripadvisor l’utilisent massivement.

Pour 2017, l’entreprise qui compte intégrer de nouveaux loueurs sur sa plate-forme, estime le chiffre d’affaire global qu’elle génèrera pour ses loueurs à 4 millions d’euros.

 

Articles similaires