Pour faire face à la pénurie et répondre de façon pérenne aux enjeux d’approvisionnement en eau à Mayotte, Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a signé ce lundi le « Plan eau Mayotte ».

Mayotte verra t-elle le bout du…tuyau ? La question reste encore en suspens. En attendant d’améliorer la situation, l’île confrontée à une sérieuse pénurie en eau depuis maintenant plusieurs semaines a fini par recevoir une aide de l’Etat. La ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts a signé ce lundi le « Plan eau » qui contient une série de mesures sur le court, moyen et long terme pour assurer l’approvisionnement en eau de l’île.

Selon le ministère des Outre-mer, le Plan d’urgence EAU Mayotte comprend 3 étapes :

1) Les mesures d’urgence

– 500.000 € pour apporter des bouteilles d’eau et des citernes dans les écoles, sur un financement MOM (Fonds de secours Urgences) ;

– en accord avec les maires, l’installation de rampes d’eau supplémentaires dans le Sud et de rampes dans le Nord qui serait rendue nécessaire par la poursuite des tours d’eau, sur un financement MOM au titre du FEI 2017.

2) Les mesures de court terme

– la mise en place de rotations de Tankers pour apporter une ressource externe de 500.000 mètres cube, en milieu d’année 2017 (3 mois sont nécessaires pour l’installation des équipements et pour l’organisation des rotations nécessaires. Le FEI permettra de financer environ 5 M€ de travaux. Une réunion interministérielle est prévue pour boucler le financement en faisant appel aux autres ministères.

– La réhabilitation de 4 forages (gains espéré de 2000 mètres cubes / jour), avec une livraison au plus tard en août 2017 ; Le SIAEM établira dans les meilleurs délais l’évaluation des coûts d’équipement et de raccordement en vue d’un financement du FEI ;

– la réalisation de petites retenues d’eau en amont et en aval des captages, afin de réguler et de ne pas perdre une ressource rare ;

– l’optimisation hydraulique des captages ;

– la réalisation d’une étude pour une captation sur la rivière Dembéni, dont l’eau n’est actuellement pas captée.

3) Les mesures de moyen-long terme

  • La réhabilitation de 4 forages supplémentaires, anciens forages aujourd’hui abandonnés ;
  • Le rehaussement de 1 mètre de la digue de la retenue de Combani :

– le délai de réalisation serait de 9 à 12 mois, l’objectif est de réaliser les travaux pendant la prochaine saison sèche et de les achever travaux en décembre 2017 ;

– le coût serait de 2 M€.

  • La construction d’une usine de dé-salinisation :

– la construction d’une usine de dé-salinisation

– l’étude de faisabilité est commandée ;

– le délai minimal de réalisation serait de 18 mois ;

– le coût serait d’environ 12 M€ ;

– la production serait entre 4000 et 6000 mètres cubes / jour ;

– elle serait implantée dans le sud Grande Terre ;

– d’un point de vue environnemental, l’usine devra être respectueuse du lagon.

  • La construction de la troisième retenue collinaire à Ourouvéni :

– Les procédures appropriées pour l’acquisition du foncier (déclaration d’utilité publique, zone d’aménagement différée) seront mises en œuvre par le SIAEM ;

– le coût complet serait de l’ordre de 25 M€ pour la retenue, à cela s’ajoutent la connexion hydraulique et l’extension de l’usine de traitement associée ;

– le financement serait trouvé grâce au FEDER et à l’emprunt que le SIAEM a souscrit auprès de la CDC, quitte à demander, en tant que de besoin, une rallonge (des contacts entre le SIAEM et la CDC, via EGIS, ont déjà été pris en ce sens) ;

– la livraison serait prévue fin 2020.

La 6ème campagne de forages : celle-ci démarrerait dès 2017 (études préalables) et se déroulera sur 3 ans.

Mayotte connaît une pénurie d’eau depuis le début de l’actuelle saison humide soit depuis plus de deux mois. Une situation qui oblige les autorités locales à prendre des mesures restrictives (tour d’eau) pour les 8 communes du Sud.

Articles similaires