En 2013, la population martiniquaise comptait déjà 12 142 habitants de moins qu’en 2008. Un an après, le constat est le même : la Martinique continue de perdre des habitants. Une situation qui fait d’elle aujourd’hui, la région française qui perd le plus d’habitants.

Le temps passe et la Martinique continue de perdre des habitants. Une situation problématique qui cultive paradoxe quand on connaît la qualité de vie sur l’île aux fleurs. Pourtant cela ne suffit pas. Avec une population qui diminue dans deux communes sur trois, la Martinique se distingue des autres régions françaises. Elle est en effet la région qui perd le plus d’habitants devant la Guadeloupe, seule autre région où la population diminue (– 0,1 % par an) et la troisième la moins peuplée après la Guyane et la Corse. Elle est également la région la plus petite en termes de superficie (1 130 km²). Elle concentre ainsi 340 habitants par km², soit trois fois plus qu’en moyenne nationale. C’est la deuxième région française en termes de densité, derrière l’Ile de France et devant la Réunion.

Dans sa dernière publication liée au recensement de la population en France et en Outre-mer, l’Insee explique cette diminution constante par un solde migratoire négatif qui n’est pas compensé par le solde naturel. Autrement dit, le solde apparent des entrées-sorties (solde migratoire) influe de plus en plus négativement sur l’évolution de la population et n’est plus compensé par le solde naturel (différence entre naissances et décès), toujours positif mais en baisse sur l’île.

L’Institut National de Statistiques s’appuie notamment sur les chiffres des communes du Centre et du Nord de la Martinique, les plus touchées par le manque de dynamisme. Par exemple, bien que Fort-de-France soit la commune la plus peuplée, elle est également celle qui perd le plus d’habitants (– 4 790). Un chiffre supérieur à celui (4 826 habitants en 5 ans) de la vague de recensement de 2013.

Deux communes martiniquaises sur trois perdent des habitants

Quand on connaît un minimum la Martinique, on est pas étonné d’apprendre que pratiquement la moitié (42 %) de la population de l’île vit dans la Communauté d’Agglomération (CA) du Centre Martinique qui représente 160 498 habitants répartis sur quatre communes : Fort-de-France, Le Lamentin, Schoelcher et Saint-Joseph. Cet établissement public de coopération intercommunal (EPCI) abrite les deux communes martiniquaises les plus peuplées : Fort de France avec 83 651 habitants et Le Lamentin avec 39 926 habitants. Les deux autres communes (Shoelcher et Saint-Joseph) de l’intercommunalité comptent entre 17 000 et 20 000 habitants. Entre 2009 et 2014, la population diminue de 0,6 % par an en moyenne, avec des disparités selon les villes. Fort-de-France est la commune martiniquaise qui connaît la plus forte baisse en volume (4 789 habitants de moins en 5 ans) et Schœlcher perd 1 217 résidents sur la période. A contrario, la population du Lamentin progresse légèrement (+ 764 habitants).

© Insee

Une perte d’habitants constante et un statut de région française qui perd le plus d’habitants, la Martinique est aujourd’hui face à une problématique qui avec le temps ne devrait pas s’arranger, admettent certains spécialistes. Pour ces derniers, le contexte économique, le vieillissement accéléré de la population mais aussi, un taux de natalité parmi les plus faibles de France, additionnés aux départs des jeunes qui se multiplient, contribuent à cette perte d’habitants qui s’accentuent au fil des jours.

Difficile donc de contre-carrer ce processus qui touche également la Guadeloupe

Les petites communes du Nord en perte de vitesse

Le Nord de la Martinique concentre douze des quatorze communes martiniquaises de moins de 5 000 habitants. Dans le Nord, la quasi-totalité des communes perd des habitants (exceptées Le Morne-Vert, L’Ajoupa-Bouillon et Bellefontaine). Selon l’Insee, « le caractère rural du territoire, sa faible accessibilité et le vieillissement de sa population peuvent expliquer ces baisses. »

Du côté du Sud qui détient douze communes, quatre d’entre elles comptent plus de 10 000 habitants, dont la plus grande est Le François (17 835 habitants), six communes concentrent entre 5 000 et 10 000 habitants et deux communes de moins de 5 000 habitants. Entre 2009 et 2014, l’évolution de sa population est de – 0,3 % en moyenne par an. Cependant, des inégalités existent au sein de l’EPCI : certaines communes situées sur la côte caribéenne gagnent des habitants (principalement Ducos, + 1 052 habitants) alors que la plupart des communes de la côte atlantique en perdent (– 1 639 au François et – 1 319 à Rivière-Pilote).

Au 1er janvier 2014, la France hexagonale compte 64 027 784 habitants. En y ajoutant les départements et collectivités d’Outre-mer, la population française atteint un total de 65 906 986 habitants. La population de la France a augmenté de 1,6 million d’habitants en cinq ans, soit + 320 500 personnes par an. La France occupe la deuxième place en Europe par sa population, derrière l’Allemagne (80,8 millions) et devant le Royaume-Uni (64,3 millions).

 

Articles similaires