Surnommé « vié madanm la » en créole guadeloupéen ou « la vieille dame » en français, la « Soufrière » est l’un des neufs volcans actifs des petites Antilles. Planté sur le territoire de la commune de Saint-Claude, le site attire chaque année des milliers de visiteurs et attire les convoitises. Parmi les projets imaginés autour de la Soufrière, « Volcano Park », un concept touristique inédit dans la Caraïbe.

« Nous vous rappelons que Volcano Park est une étude, ce projet verra le jour uniquement s’il est viable écologiquement. » En arrivant sur le site web dédié au projet, impossible de passer à côté de cette mention. Les porteurs du projet « Volcano Park » tiennent à ce que cela soit clair. Pour eux, « Volcano Park » est une étude de faisabilité pour construire en Guadeloupe un concept touristique ambitieux et écologique.

Oui mais voilà, le projet initié en 2011 n’a toujours pas vu le jour et est toujours dans les cartons, 5 ans après. Selon ses instigateurs, le projet est basé sur une démarche environnementale ayant pour but de sensibiliser les Guadeloupéens aux risques naturels : éruptions, séismes, tsunamis, offrir de nouvelles opportunités pour la mobilité des personnes et favoriser le développement économique de Basse Terre.

Un projet pharaonique aux aménagements inédits

En surfant sur le site web dédié à ce projet, difficile de ne pas s’imaginer empruntant le télécabine au départ de Saint-Claude pour rejoindre la gare d’arrivée à la Savane à Mulets au Chemin des Dames, point de départ de l’ascension de la Soufrière ou encore, effectuer une visite en famille du musée sur le volcan actif de la Soufrière, sans oublier, les projections dans un cinéma 4D.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des concepts qui laissent rêveur alors qu’aujourd’hui, la Guadeloupe dans son ensemble est à la recherche de nouveaux leviers afin d’attirer encore plus de visiteurs du monde entier. Depuis début janvier, le projet « Volcano Park » ressort de terre et a notamment été cité par l’Autorité environnementale1 du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) qui s’est réunie le 11 janvier dernier, en France, à La Défense. L’ordre du jour comportait, notamment, l’avis sur le plan local d’urbanisme de la commune de Saint-Claude, en Guadeloupe.

Révision du PLU pour mieux accueillir le projet Volcano Park ?

La commune de Saint-Claude, en Guadeloupe, révise sous forme de plan local d’urbanisme (PLU) son plan d’occupation des sols (POS) qui, sinon, deviendra caduc au plus tard le 26 mars 2017. Son territoire est environ à 50 % dans le cœur du parc national de Guadeloupe, qui comprend le versant occidental du massif volcanique de la Soufrière, point culminant de l’île. La commune est une des portes d’entrée du parc national ; elle n’a cependant pas voté l’adhésion à la charte du parc.

Pour l’Ae, les principaux enjeux environnementaux du PLU sont : la prévention des multiples risques naturels, auxquels la commune est exposée ; la protection d’un patrimoine naturel exceptionnel ; la gestion des ressources environnementales (l’eau, notamment) ; les pollutions et nuisances liées aux transports ; la prise en compte des paysages. L’Ae considère que ses patrimoines naturel et paysager donnent à la commune une visibilité internationale et lui confèrent à ce titre une responsabilité particulière.

Les grands objectifs du PLU visent à tirer le bénéfice des multiples atouts naturels de la commune, la conduisant à la programmation dans le PLU de nombreux aménagements, visant à renforcer l’attractivité de la commune, notamment un complexe touristique, point de départ d’un transport guidé vers les « Bains jaunes » et la « Savane à mulets », en cœur du parc national. Le complexe touristique Volcano Park serait donc adossé à une gare de départ de télécabines, sur 3 hectares en secteur ND (naturel) du POS, hors du cœur du parc national.

Il a été indiqué aux rapporteurs, au cours de leur visite, que la demande de permis de construire pour le seul complexe touristique serait déposée, dès que le PLU serait approuvé. Le dossier ne décrit pas les autres aménagements du projet « Volcano Park », en cœur du parc national.

La Soufrière équipée de téléphériques ?

Selon l’étude d’impact du projet Volcano Park, deux autres gares de télécabines seraient également prévues : « gare des Bains Jaunes » et « gare de la Savane à Mulets », la plus élevée. Certains passages du dossier font référence à une « réhabilitation des Bains Jaunes » en lieu et place de la « maison du Volcan » inutilisée depuis 2000, sans plus de précision. Selon l’Autorité environnementale, l’étude d’impact du projet « Volcano Park », ne mentionne ce site que rarement, comme une « zone de détente » et sans la décrire ; les supports de présentation du projet au public comportent des simulations graphiques des deux gares.

On apprend ainsi dans l’Avis délibéré de l’Autorité environnementale sur le plan local d’urbanisme de la commune de Saint-Claude (971) que le projet d’étude d’impact du projet « Volcano Park » précise qu’à ce stade, aucune option n’est définitivement arrêtée et cela en lien avec le fait que la RD 11 a été fermée à la circulation à partir des Bains Jaunes, suite à un séisme en 2004 et à la mise en évidence des nombreux risques d’instabilité des terrains de part et d’autre de la RD (glissements, chutes de blocs). Les différents documents n’indiquent pas son devenir, au-delà de la station de départ de la remontée mécanique.

 

Le projet « Volcano Park », en chiffres :

  • 2 km de parcours au-dessus de la forêt tropicale pour accéder à la Savane à Mulets, point de départ de la visite de la Soufrière,
  • 128 emplois créés en Guadeloupe, 70 emplois pour le BTP sur les 2 années de construction,
  • 1000 m2 de bâtiment HQE conçu de manière totalement écologique dont 300 m2 de muséographie, 250 m2 de cinéma 4D, boutique, restauration rapide, commodités tous publics,
  • 500 m2 de zone de jeux d’enfants, gradins, zone de repas et parcours pédagogiques,
  • 1200 m2 d’espace extérieur couvert incluant mini-théâtre, jardin botanique créole,
  • zone d’exposition temporaire, maison des guides, village d’artisanat local, aire de pique-nique,
  • 300 places de parking voiture, 8 emplacements de bus,
  • 1er cinéma 4D et espace muséographique en réalité virtuelle aux Petites Antilles,
  • Une étude démontre que l’activité́ touristique totale générée par Volcano Park représenterait plus de 4 M€ par an pour la Guadeloupe.

Articles similaires