Ce mercredi, la secrétaire d’État à la Ville, Hélène Geoffroy a lancé un « plan de mobilisation contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels). »

Hélène GEOFFROY, Secrétaire d’État chargée de la ville, a présenté ce mercredi en conseil des ministres le décret portant extension du domaine d’intervention de la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme (DILCRA) à la lutte contre la haine et les discriminations envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT). La délégation interministérielle sera ainsi renommée DILCRAH : délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, annonce le secrétariat d’État chargé de la ville dans un communiqué..

Hélène GEOFFROY, en charge de la lutte contre les discriminations a ensuite pris la direction d’Orléans en présence de Gilles CLAVREUL, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT pour présenter le plan de mobilisation de lutte contre la haine et les discriminations à l’encontre des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) au GAGL 45 – Groupe action gay et lesbien Loiret – Centre LGBT. Elle a ensuite présenté le plan à Paris, aux associations impliquées dans son élaboration.

« Ce plan interministériel s’inscrit dans la volonté du Gouvernement de faire progresser l’égalité réelle, reculer les préjugés, et améliorer tant la prévention que la répression des actes et des paroles anti-LGBT », précise le communiqué.

Un plan et 5 axes prioritaires

Ce plan de mobilisation conçu pour une durée de trois ans présente 5 priorités détaillées dans le communiqué du Secrétariat d’État à la Ville :

  • Une République exemplaire contre la haine et les discriminations anti-LGBT ;
  • Sanctionner chaque acte de haine anti-LGBT et protéger au mieux les victimes ;
  • Eduquer contre la haine et les discriminations anti-LGBT ;
  • Agir au quotidien contre les discriminations anti-LGBT ;
  • Poursuivre le combat international pour les droits des personnes LGBT.

On apprend également qu’un budget annuel de 1,5 million d’euros sera consacré au soutien de projets nationaux et locaux, notamment associatifs. Une campagne nationale de communication contre les discriminations visant les personnes LGBT doit être lancée et des correspondants chargés de la lutte contre la haine LGBT seront désignés par les préfets dans chaque département.

Articles similaires