En ce moment, soit il pleut ou il fait très chaud. Un temps instable qui ne décourage pas les virus. Les Antilles-Guyane sont d’ailleurs la cible de plusieurs épidémies en cette fin d’année. Bronchiolite, grippe ou gastro entérite, il va falloir être vigilant pour y échapper.

Comme dans l’hexagone, la période est propice au développement de la grippe. Martinique, Guadeloupe, Guyane, Saint Barthélémy ou Saint-Martin, aucun des territoires français de la Caraïbe n’est épargné. En Martinique, les premiers malades ont été recensés dès mi-septembre. L’épidémie officiellement déclarée il y a deux semaines compte à ce jour 2 040 cas évocateurs et trois souches de virus différentes avec des noms toujours très poétiques : AH3N2 qui touche 68% des malades, virus B lignage Victoria (27%) et virus B lignage Yamagata (5% des malades). Une triade infernale qui n’a heureusement entrainé aucune hospitalisation pour le moment. 

En Guadeloupe, seule AH3N2 circule. Un seul virus que les Guadeloupéens combattent plutôt bien puisque le nombre de malades semble décroître ces derniers jours. A Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, l’épidémie commence à peine, il va falloir se préparer des tisanes en mode rimèd razié.

Toux sèche des tous petits

L’autre fléau de cette fin d’année, c’est la bronchiolite. En Guadeloupe où l’épidémie fait rage, le nombre de consultations a doublé en une semaine et le passage aux urgences est toujours élevé. De même en Martinique. Si l’épidémie reste stable, on compte toujours beaucoup de malades : 970 cas évocateurs recensés et pas moins de 25 situations graves qui ont nécessité une admission en réanimation pédiatrique. Si vous voulez éviter la maladie, ne vous réfugiez surtout pas à Saint-Martin ou Saint-Barthélemy où elle sévit aussi. Seule la Guyane est épargnée pour l’instant.

Nausées et diarrhées

Pour ce qui est de la gastro-entérite, voyons le bon coté des choses : si vous voulez perdre du poids, c’est le « bon » moment. L’inconvénient c’est qu’il faudra accepter d’avoir mauvaise mine et se sentir très très mal quelques jours. La gastro-entérite et ses charmants symptômes sévissent actuellement en Guadeloupe et en Martinique. Dans les deux îles la maladie est d’ailleurs de plus en plus virulente. Si on dénombre moins de passage aux urgences en Guadeloupe, la Martinique compte pas moins de 1 540 cas évocateurs ces trois dernières semaines. Petits conseils : pensez à bien vous laver les mains afin d’éviter d’être contaminé et si vous l’êtes, n’oubliez pas de boire beaucoup d’eau. Côté repas, mangez du riz, il paraît que ça fait du bien.

Au final, s’il devait y avoir une bonne nouvelle pour les îles soeurs, c’est l’absence ou presque de varicelle. En Guadeloupe on recense moins de dix cas par semaine. Saint-Barthélemy doit en revanche lutter contre les petits boutons qui grattent. La vraie bonne nouvelle finalement, c’est qu’elle ne s’attrape qu’une fois.

Articles similaires