L’entreprenariat aux Antilles ne reposent pas toujours sur les mêmes secteurs d’activité. Preuve en est avec S.Cosmetics Design For You, une marque de maquillage ethnique créée pour les femmes noires métissées et indiennes. A l’autre bout du pinceau à maquillage se trouve Séverine Moustin, une Martiniquaise qui a imaginé, conçue puis lancée sa propre marque de maquillage. Rencontre.

Pas de baguette magique entre les mains mais c’est tout comme. Séverine Moustin est Martiniquaise, maquilleuse de profession mais aussi chef d’entreprise. La trentaine, cette dynamique jeune femme a tenté un pari osé : créer puis lancer sa propre marque de maquillage. Avant d’en arriver là, la jeune femme a travaillé et dur. Elle le dit elle-même, « j’ai pour ainsi dire grandit avec un pinceau de maquillage à la main ». Avec une mère esthéticienne et maquilleuse, difficile en effet d’échapper à ce qui s’apparente à une vocation. Lorsqu’elle raconte son parcours, c’est avec passion car pour atteindre ses objectifs, il a fallu se démener. Ainsi, des plateaux d’émissions télés et événements autours de la mode ou de la musique, Séverine Moustin a pris le temps de découvrir le métier avant d’intégrer l’une des plus prestigieuses écoles de maquillage professionnel, l’Academy Make Up For Ever, basée à Paris.

Là-bas, elle se retrouve sur les plateaux télévisés de la chaîne M6 et plus précisément dans l’émission La Nouvelle Star. Elle travaille également dans la mode pour l’agence Metropolitan et n’hésite pas à exercer son métier dans de nombreux événements toujours en lien avec la mode avant de revenir en Martinique en 2005. « Je suis rentrée en Martinique parce que je voulais amener un petit plus. J’aime le maquillage, j’ai ça dans la peau. »

fb_img_1477612585543

A partir de là, elle décide d’ouvrir son institut et de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Un défi de taille qui n’aura pas été de tout repos.

« J’ai aujourd’hui un bar à maquillage. Le concept du bar à maquillage existe depuis un moment aux Etats-Unis mais reste méconnu aux Antilles. J’ai un CAP Esthétique et j’ai voulu ouvrir un institut, un lieu jeune, branché, ça a fonctionné mais l’esthétique pure, même si je suis tombée dedans petite, ma mère est esthéticienne, ma marraine est esthéticienne, ce n’était pas ce à quoi j’aspirais. »

C’est donc sous l’impulsion de son entourage qu’elle décide alors de créer sa propre marque de maquillage, S.Cosmetics Design For you. Pourtant, au début, elle n’y croyait pas vraiment mais l’arrivée de son fils il y a un peu plus de cinq ans, sera une véritable révolution pour elle et un nouveau départ entaché tout de même d’une pointe de nostalgie puisque l’arrivée d’un enfant dans une vie, c’est tout son quotidien qu’il faut revoir et réorganiser. « A partir de là, il fallait que je lève le pied, finies les journées à rallonge, finis les plateaux et voyages professionnels. Je devais me caler sur le rythme de mon fils. »

Motivée par une amie proche et après mûre réflexion, Séverine s’engage dans un périple éprouvant, parfois même décourageant. En effet, pour créer sa propre marque de maquillage et arriver à dénicher celui ou celle qui lui fabriquera ses gammes de maquillage, il faut aller à la pêche aux infos, se lancer dans des démarches administratives fleuves, multiplier les rendez-vous, les rencontres, sans oublier, les face-à-face infructueux avec les établissements bancaires en Martinique car se lancer dans les cosmétiques et créer sa propre marque de maquillage, ça coûte de l’argent et il faut aussi s’y connaître un minimum.

14680906_1547526948606037_6763907516908021692_o

« Pour faire fabriquer ses propres produits, il faut trouver un laboratoire et le seul laboratoire dans la Caraïbe c’est celui de la marque Sacha à Trinidad. Cependant, une problématique se posait en terme de composés ou même de mise à disposition des composants. Il faut donc voir ailleurs et dénicher un fabricant qui corresponde à ses attentes. « Je me suis dit, bon! Google est mon ami donc je me renseigne sur la manière dont on fabrique du maquillage. Je lis une série d’articles jusqu’à ce que je tombe sur un qui explique que je peux m’adresser directement à un fabricant. De mails en mails, je finis par trouver un fabricant basé en Amérique du Nord qui accepte de fabriquer des gammes pour moi. J’ai donc travaillé, économisé puis commandé une première partie pour pouvoir tester. » La jeune mère entre là dans la phase d’élaboration, de fabrication et de tests.

C’est en s’appuyant sur un micro-crédit accordé par une structure institutionnelle en Martinique que Séverine Moustin arrivera ainsi à effectuer ses premières commandes et débuter la phase de commercialisation en occupant des espaces de vente dans des lieux en lien avec l’esthétique ou encore, la coiffure. « Ma gamme aura un an de commercialisation mais en amont il y a eu un travail d’un an et demi voire deux ans. » C’est d’ailleurs dans un salon de coiffure en Martinique qu’elle vend ses premiers produits. « C’est de là que j’ai compris qu’un business aux Antilles ne fonctionne que si on collabore entre nous. »

Début novembre, Séverine Moustin a présenté à la presse et influenceurs, sa nouvelle gamme de maquillage comprenant des rouges à lèvres liquides mat, des correcteurs crème ou encore, des kits de correction sourcils sans oublier ses différents produits qu’elle commercialise en parallèle dans trois points de vente en Martinique.

Pour sublimer ses produits, la jeune chef d’entreprise a choisi comme égérie, la journaliste et présentatrice Martiniquaise, Catherine Gonier-Cléon. Une aventure qui semble plutôt bien embarquée pour Séverine Moustin qui est l’exemple même de cette jeunesse ultramarine pleine de bonne volonté et avec laquelle il faudra composer à l’avenir.

Articles similaires