Malgré un climat social tendu, la solidarité reste d’actualité en France. En 2015, les Français ont donné 4% de plus par rapport à l’année précédente. Les dons sont surtout destinés à l’environnement et à la recherche médicale. Dans les Outre-mer, c’est à La Réunion et en Martinique que l’on donne le plus.

On le sait, le quotidien des Français n’est pas tous les jours rose. Climat politique dégradé, contexte économique compliqué, taux de chômage, autant de tensions et facteurs anxiogènes qui nous entourent mais qui ne découragent pas pour autant la population française qui reste solidaire, selon une étude menée par Recherches et Solidarités.

Cette étude intitulé « L’Atlas de la générosité en France » qui en est à sa 21ème édition, permet pour la première fois de présenter de manière détaillée les territoires français qui se détachent particulièrement en terme de dons, selon une méthodologie transparente. L’Ile-de-France représente environ 36% des montants collectés en France, et présente un bilan moyen annuel des dons par foyer fiscal supérieur à 700 euros, mais n’arrive qu’en neuvième rang régional pour la proportion de foyers imposables déclarant un don (densité des donateurs). Au regard de cette densité, l’Alsace, la Franche Comté, la Bretagne, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes et l’Auvergne se classent en tête, la Corse et les départements d’Outre-mer fermant la marche.

Malgré un effort de générosité des donateurs, leur nombre reste faible en Outre-mer

L’Ile-de-France (719 euros) présente un don moyen élevé, très supérieur à la moyenne. Les quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion) se situent également parmi les six premiers, dans ce classement, cependant, cette donnée est contrastée du fait que ce bilan annuel moyen concerne une très faible proportion de donateurs, comme précisé dans la mesure de la densité où les quatre DOM occupent les quatre dernières places du classement.

© Recherches & Solidarités

© Recherches & Solidarités

Dès lors que l’on part des foyers fiscaux imposables, ayant à la fois des moyens financiers un peu plus importants et de bonnes raisons de déclarer un don, cet indicateur permet de comparer les régions, puis les départements, en réduisant sensiblement l’effet développement économique, dans l’objectif d’approcher cette notion de générosité. Une première carte est présentée, pour les régions en vigueur en 2015, année de référence pour les dons déclarés. Cet indice est obtenu en faisant le rapport entre les donateurs imposables et l’ensemble des contribuables imposables. Rappelons que la moyenne nationale est de 24,3% en 2015.

Pour ce qui est de l’Outre-mer, avec la Corse, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et La Réunion affichent une proportion de donateurs inférieure à 18%, ce qui justifie le fait que ces départements occupent les quatre dernières places du classement pour ce qui est de la densité.

© Recherches & Solidarités

© Recherches & Solidarités

La Réunion et la Martinique, départements d’Outre-mer les plus généreux

Dans cette étude, Recherches & Solidarités a sélectionné les 100 communes comportant le plus grand nombre de contribuables imposables selon trois critères (densité des donateurs, bilan annuel moyen des dons et effort de générosité). La moyenne de ces trois critères a permis de réaliser ce classement inédit dans lequel se place trois villes ultramarines : Fort-de-France, Saint-Denis (La Réunion) et Saint-Paul (La Réunion). C’est en effet grâce à leurs moyennes que ces deux villes se retrouvent dans ce top 100 national. Ainsi Saint-Denis de La Réunion se classe en 40ème position, Fort-de-France, en 59ème position et Saint-Paul (La Réunion), en 93ème position.

L’atlas de la générosité en France dévoile par la même occason les i60 collectes plus importantes en France, auprès des particuliers en 2015. Un top 5 national amené par l’Association Française contre les Myopathies (AFM) qui s’appuie notamment sur l’opération annuelle le Téléthon que l’AFM a créé en , suivi des Restos du cœur, le Secours Catholique, la Croix-Rouge et Médecins Sans Frontières.

En revanche, pour ce qui est du classement des villes en fonction des montants déclarés au titre des dons aux partis politiques, seuls Saint-Denis (La Réunion) et Saint-Paul (La Réunion) apparaissent dans le top 50 national. Pour rappel, au titre de l’année 2015, et ce pour le troisième exercice consécutif, les dons aux partis politiques ont fait l’objet d’une ligne spécifique dans la déclaration de revenus.

Articles similaires