La basketteuse Sandrine Gruda entre un peu plus dans l’histoire du basket. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la basketteuse Martiniquaise est devenue la première Française à remporter un titre WNBA (ndlr, la ligue américaine professionnelle de basket-ball féminin), un titre suprême pour toute basketteuse professionnelle.

Quelques jours après son titre, il y a de grandes chances que Sandrine Gruda soit toujours perchée sur son petit nuage en train de savourer ce titre qu’elle espérait tant en club, remporter la WNBA, le prestigieux championnat de basket féminin équivalent de celui tant admiré chez les hommes, à savoir la NBA.

Son club de Los Angeles Sparks a dominé le tenant du titre WNBA, le Minnesota Lynx, d’un petit point dans le cinquième match de la finale,

« Je joue pour gagner, je suis une compétitrice, et ce titre manquait à mon palmarès. Je suis vraiment très heureuse. En discutant avec mes proches je me suis souvenue de tous les sacrifices que j’avais fait pour le basket. Toutes ces heures de travail en salle de muscu, de fitness et d’entraînements de basket. Je n’ai pas pu être présente à tous ces évènements qui marquent la vie de mon entourage comme un mariage ou un anniversaire. C’est ce qui rend ce titre encore plus savoureux. C’est une récompense » confie la championne WNBA au Parisien.

Championne d’Europe en 2009 et vice-championne olympique en 2012 avec les Bleues, la basketteuse qui a fait ses armes en Martinique avant de s’envoler pour la métropole pour y être formée décroche un titre qui fait rêver et ne semble pas vouloir en rester là, « je ne pense pas que cela marque la fin. J’ai toujours envie de continuer et gagner. C’est une histoire à suivre », avoue t-elle.

Articles similaires