Près d’un mois après le passage de l’ouragan Matthew, Haïti se relève difficilement. A ce stade, les dons sont insuffisants, des centaines de milliers de personnes manqueraient de nourriture alors que l’épidémie de choléra gagne du terrain. Selon Handicap International, 1,4 million d’Haïtiens ont toujours besoin d’une aide humanitaire et les besoins restent conséquents.

Souvenez-vous, le 4 octobre dernier, l’ouragan Matthew déferlait sur Haïti provoquant le décès de centaine de personnes et d’importants dégâts matériels. Les zones les plus touchées étaient alors le Sud-ouest et le Nord-ouest d’Haïti. Trois semaines après, 1,4 million d’Haïtiens ont toujours besoin d’une aide humanitaire, annonce Handicap International.

« Les ressources financières sont encore totalement insuffisantes à ce jour par rapport à l’ampleur de la catastrophe. Les besoins sont énormes et de tous types. Nos équipes déploient toute l’énergie possible pour répondre aux besoins essentiels des populations, mais nos moyens ne sont pas suffisants pour être certains de pouvoir accompagner les Haïtiens dans cette nouvelle épreuve et de les aider une fois de plus à se relever », explique Hélène Robin, responsable des actions d’urgence à Handicap International.

Deux équipes de trois experts dédiées à la prise en charge des personnes blessées ont été déployées dans la ville des Cayes. Composées d’un chef de projet spécialisé en besoins spécifiques (notamment en réadaptation), d’une chef de projet soutien psychologique, d’un kinésithérapeute et d’un travailleur social, chacune de ces équipes a évalué l’état des hôpitaux et des services de réadaptation afin d’apporter un soutien aux structures locales.

« Quand l’ouragan a frappé notre quartier, Fonfrède, j’ai cru que c’était la fin. Le toit de notre maison est tombé sur notre tête, et nous nous sommes réfugiés chez un de nos voisins. Nous sommes rapidement partis, nous ne voulions pas être un poids pour eux. Aujourd’hui nous sommes de retour, mais nous n’avons plus de toit, plus de culture. Plus rien », raconte Inès Virgile, une Haïtienne de 32 ans, mère de 5 enfants.

Chaque équipe de l’ONG, Handicap International fournirait également des aides à la mobilité (fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs), prodiguerait des premiers soins de réadaptation aux blessés par l’ouragan Matthew et proposerait un soutien psychologique afin d’aider les victimes à surmonter leurs traumatismes.

« Même si la résilience des Haïtiens est très forte, beaucoup des personnes ont vécu un réel choc psychologique suite à cet ouragan. Exprimer leur ressenti est essentiel dans le processus thérapeutique. Nous mettons donc en place des groupes d’écoute, un premier pas pour leur permettre de surmonter leurs traumatismes », ajoute Fanélie Rabanx, chef de projet psychosocial.

Le gouvernement haïtien et les ONG craignent une famine

« Le risque est grand qu’il y ait famine, 35 centres de prévention du choléra ont été décimés et 80 % du sud d’Haïti – où se trouve l’essentiel des terres – a été décimé », confie Isabelle St-Germain, directrice innovation et développement au sein de l’ONG, Oxfam-Québec.

Autre problème majeur, l’insuffisante mobilisation dans le monde pour ce qui relève des dons. Des dons qui s’avèrent aujourd’hui insuffisants pour couvrir les besoins des populations haïtiennes notamment celles isolées et situées dans les zones ravagées par l’ouragan Matthew.

Selon ce que rapportait lundi l’Agence France Presse, l’Organisation des Nations Unies a elle-même du mal à réunir auprès de ses États membres quelque 200 000 $ dont elle a besoin pour aider les familles des victimes de l’épidémie de choléra en Haïti. Selon La Presse, l’ONU aurait annoncé que 800 000 personnes n’ont plus de quoi manger.

Distribution de kits d’urgence

Sur son site web, Handicap International annonce l’organisation d’une distribution de kits d’urgence – contenant notamment une boîte à outils, des cordes, des fixations et des bâches – pour que les populations affectées puissent se loger et retrouver des conditions de vie décentes. De plus, l’association distribuera également des kits d’hygiène et des articles ménagers essentiels (avec des jerricanes et des lampes torches) afin de limiter le développement d’épidémies telles que le choléra, qui fait déjà rage dans certaines communes, comme à Chardonnières dans le département du Sud. Près de 800 cas de choléra auraient été enregistrés en une semaine après l’ouragan Matthew, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Articles similaires