Arrivé en provenance de Singapour il y a quelques semaines, le lamantin Junior est décédé ce dimanche. Une triste nouvelle pour le Parc national de la Guadeloupe en charge du suivi des deux premiers lamantins Kai et Junior ont rejoint le programme de reproduction en captivité afin de réintroduire l’animal dans la baie du Grand Cul-de-Sac Marin.

Dans un communiqué de presse, le Parc National de la Guadeloupe annonce ce lundi matin, le décès de l’un des deux lamantins arrivés en Guadeloupe en août dernier en provenance de Singapour.

« Un monitoring de contrôle préoccupant Vendredi 29 septembre a eu lieu le monitoring de contrôle de Kai et Junior sous la surveillance de trois vétérinaires. Cet examen de contrôle s’était déroulé sans heurts et avait permis de constater une forte perte de poids de Junior. A cette occasion, des examens sanguins ont été pratiqués et ont permis de mettre en évidence une déficience rénale de l’animal. Un protocole d’urgence a alors été déployé afin de prodiguer à ce dernier tous les soins nécessaires à ce type de situation urgente. », indique le service communication du Parc.

En dépit des efforts menés par l’équipe, le lamantin n’a pas survécu à ce qui semblerait être une infection rénale.

« Une autopsie sera pratiquée sur le corps dans les meilleurs délais et permettra de déterminer les causes précises du décès. Kai se porte bien toutes ses analyses sanguines sont normales mais il reste sous la haute surveillance des agents du centre de Blachon. », conclut-elle.

Dès leur arrivée sur le territoire guadeloupéen, les animaux ont été placés en quarantaine dans le centre de reproduction de Blachon au Lamentin. Il faut savoir que cette période d’acclimatation est essentielle à la santé des lamantins mais aussi à la réussite du programme de réintroduction.

les animaux accueillis par le Parc national participeront à un programme de reproduction. Ce programme concerne exclusivement des individus élevés en captivité et ceux ci ne sont pas voués à être relâchés dans le milieu naturel. En revanche, les individus nés au centre et à fort potentiel de relâché seront introduits dans le Grand Cul-de-Sac marin dans les années à venir.