La gastro-entérite fait son grand retour en France et dans certains DOM. Si en Guadeloupe et dans les Iles du Nord elle s’installe progressivement, en Martinique l’activité liée à la gastro-entérite a augmenté et dépassé la valeur attendue pour la saison. Une propagation rapide qui sonne le retour des symptômes habituels : diarrhées, vomissements, nausées…

Arrivé avec trois mois d’avance du côté de la France métropolitaine, la gastro-entérite s’installe peu à peu dans certains départements d’outre-mer. Premier territoire investi, la Martinique où l’activité liée à la gastro-entérite a augmenté au courant du mois d’octobre, dépassant la valeur attendue pour la saison en médecine de ville, annonce la Cellule Interrégionale d’Epidémiologie Antilles-Guyane dans son dernier bulletin.

En Martinique, sur les trois dernières semaines, le nombre estimé de cas cliniquement évocateurs de gastro-entérite en médecine de ville (consultations chez un médecin généraliste, réseau sentinelles et SOS Médecins) a dépassé la valeur attendue pour la saison en octobre avec un total de 543 cas évocateurs estimés. Le nombre de visites pour gastro-entérites chez SOS Médecins est stable sur la période avec en moyenne 39 visites hebdomadaires soit en moyenne, 5 à 6 visites par jour. Le nombre de passages pour diarrhées aux urgences pédiatriques est stable sur la période avec en moyenne 12 passages hebdomadaires enregistrés pour cette pathologie, ajoute la CIRE Antilles-Guyane.

En France métropolitaine, le seuil épidémique est dépassé : l’agence nationale de santé publique relève 195 cas pour 100 000 habitants. Du côté des consultations de SOS Médecins, les indicateurs sont là aussi à la hausse par rapport aux années habituelles.

Pour ce qui relève des autres pathologies saisonnières, à noter que l’épidémie de bronchiolite est déclarée en Martinique alors qu’en Guadeloupe, les indicateurs de surveillance montrent une tendance à l’augmentation du nombre de cas estimés ou de passages aux urgences. Pour ce qui relève des cas graves, en Martinique, durant les deux dernières semaines, huit enfants ont été hospitalisés pour bronchiolite dans le service de réanimation pédiatrique du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique, ce qui représente un nombre élevé de cas graves en ce début d’épidémie.

Concernant les syndromes grippaux, en Guadeloupe, le nombre de cas cliniquement évocateurs est en hausse et dépasse le seuil des valeurs maximales attendues, selon la CIRE Antilles-Guyane. En Martinique, les indicateurs de la grippe sont en légère augmentation au niveau de la médecine de ville mais reste inférieur à la valeur attendue pour la saison.

Le lavage des mains est le principal geste de prévention c’est pourtant loin d’être une habitude systématique chez tous, selon l’INPES. Ce geste simple est à effectuer plusieurs fois dans la journée, encore plus si l’on s’occupe d’enfants et de personnes âgées, qui sont plus vulnérables.

Il est impératif de se laver les mains :

  • avant de s’occuper d’un bébé et après l’avoir changé,
  • après s’être occupé d’une personne malade,
  • avant de préparer, servir ou prendre les repas,
  • après être allé aux toilettes,
  • après chaque sortie à l’extérieur.