ImpressionL’histoire d’un pays se résume parfois par son architecture et les structures résistantes aux effets du temps. Depuis 2014, la Martinique compte 102 édifices protégés au titre des monuments historiques dont certains sont plutôt insolites. 22 sont classés et 80 sont inscrits au titre des Monuments historiques. Petit cours d’histoire.

Le cachot de Cyparis, Saint-Pierre

© Wikipedia / Riba

© Wikipedia / Riba

Le cachot de Cyparis est un cachot de pierres voûtées situé au fond d’une cour de la partie est des ruines de la prison de Saint-Pierre, rue de la Prison. Louis-Auguste Cyparis, dit Samson est considéré comme le seul survivant de l’éruption du 8 mai 1902 de Saint-Pierre. Il a eu la vie sauve parce qu’il était en prison.

Chateau Aubéry, Ducos

© Wikipedia / Hammerklavier106

© Wikipedia / Hammerklavier106

Le château Aubéry (anciennement appelé Maison Rivail) est une construction du début du xxe siècle, propriété d’Eugène Aubéry (1879-1942). Le lieu assez particulier est aujourd’hui, la propriété de la commune de Ducos où elle est implantée.

Boulangerie Surena, Fort-de-France

© Wikipedia / Aristoi

© Wikipedia / Aristoi

Fondée en 1906, la pâtisserie Surena est un monument en plein centre-ville de Fort-de-France. Plus ancienne pâtisserie du chef-lieu, elle fabrique tous les jours des spécialités locales traditionnelles en utilisant les produits locaux. A découvrir pour les fins gourmets après une balade historique !

Le théâtre de Saint-Pierre, Saint-Pierre

© Wikipedia / Mica

© Wikipedia / Mica

Le Théâtre de Saint-Pierre, appelé aussi Salle de la Comédie, était le centre intellectuel et artistique des Antilles jusqu’en mai 1901, installé à l’angle des rues Victor-Hugo et du Théâtre dans le quartier du Centre à Saint-Pierre. Détruit par l’éruption de la montagne Pelée du , ses ruines sont aujourd’hui un monument historique et un point d’attrait touristique de la ville.

Fontaine Gueydon, Fort-de-France

© Wallu

© Wallu

Au milieu du XIX ème siècle, face aux sérieux problèmes d’approvisionnement en eau potable de la ville de Fort-de-France, l’amiral Gueydon, Gouverneur de la Martinique à l’époque, entreprend la construction d’un château d’eau qu’il confie aux militaires. Ainsi, Gueydon détourne des hauteurs de Didier,le cours de la rivière Case-Navire pour subvenir aux besoins en eau de la population foyalaise. Monumentale fontaine, construite en forme de vasque, elle coule pour la 1ère fois le 13 juillet 1856, déversant les eaux captées vers une sorte d’entonnoir, auquel sont ajustés les conduits distribuant l’eau aux divers quartiers de la ville.

Le tombeau de la Dame Espagnole, Le Carbet

© Wikipedia / Aristoi

© Wikipedia / Aristoi

Le Tombeau de la dame espagnole est inscrit monument historique. Construit en pierre de taille peinte au 19ème siècle il se situe dans le cimetière de l’église. Selon la légende, il s’agirait de la tombe d’une femme et de ses deux enfants morts sur un navire espagnol, en route vers le Pérou.

Vieux moulin de Didier, Fort-de-France

© Ecole de Plateau Didier

© Ecole de Plateau Didier

Construit au XIXème siècle, ce moulin est situé dans les hauteurs de Didier à Fort-de-France. En 1899, Victor Sévère achète le Moulin. Féru d’astronomie, il fait modifier la partie supérieure de la tour entre 1899 et 1921 pour pouvoir observer le ciel. A partir de 1921, la maison sert de résidence au gouverneur. Il est actuellement appartient à une société privée et n’est plus habité.

Maison Aimé Césaire, Fort-de-France

© FRANCK FIFE/AFP/Getty Images

© FRANCK FIFE/AFP/Getty Images

La maison du poète et homme politique, Aimé Césaire se trouve sur la route de Redoute à Fort-de-France. Cette maison devrait être transformée en musée dédié à la mémoire du fondateur du chantre de la négritude.

La maison du bagnard, Le Diamant

© AZ Martinique

© AZ Martinique

La Maison du Bagnard située au Diamant est une construction de Médard Aribot, un sculpteur martiniquais. Il réalisa cette « petite » maison à son retour de bagne en 1960. Il y aurait vécu jusqu’à sa mort en 1973.

Statut de l’impératrice Joséphine, Fort-de-France

statut

La statue de l’impératrice Joséphine est un monument commémoratif en marbre blanc élevé en mémoire de Joséphine de Beauharnais. Installée en plein coeur de Fort-de-France, elle a été inauguré en 1859. En 1991, la tête de la statue disparaît lors d’un attentat, œuvre probablement de vandales qui lui ont fait subir le sort de la guillotine, à laquelle elle échappa de justesse. La statue est depuis laissée en l’état.

galleria-soldes-octobre-2016-976x361